»
»
»
Consultation

La direction d'Uniper marque un point contre Elliott

La direction d'Uniper marque un point contre Elliott
Crédit photo © Reuters

FRANCFORT/DUSSELDORF (Reuters) - Des cabinets de conseil aux actionnaires et l'un des dix premiers actionnaires d'Uniper ont apporté leur soutien à la direction du groupe énergétique allemand, qui s'oppose à une enquête qui serait censée déterminer si elle a cherché à bloquer la vente d'une grosse participation.

C'est un revers pour Cornwall Luxembourg Sarl, un fonds de l'investisseur activiste Elliott, qui exigeait une enquête sur la vente de la participation restante de 46,65% d'E.ON au finlandais Fortum.

Institutional Shareholder Services (ISS), premier cabinet mondial de conseil aux actionnaires, Glass Lewis et Odey Asset Management ont tous recommandé aux actionnaires de voter contre la motion, selon des notes et commentaires envoyés à Reuters.

Le vote, qui aura lieu lors de l'assemblée générale annuelle prévue le 6 juin, décidera si un auditeur spécial sera nommé pour identifier d'éventuels manquements de la direction d'Uniper liés au projet de cession à Fortum.

Fortum, qui attend les autorisations officielles pour le rachat de la participation d'E.ON dans Uniper, avait déclaré fin avril qu'Uniper s'était activement employé à empêcher la transaction.

Uniper n'est de fait pas d'accord avec ce projet mais il a nié la semaine dernière avoir cherché à le faire échouer.

"Un audit spécial constitue une diversion inutile. Tout ce qu'il peut révéler, ce sont des discussions confidentielles, mais il ne peut influer sur le résultat", a déclaré Crispin Odey, fondateur d'Odey Asset Management. "Nous ne voyons aucun intérêt à cette motion et nous exhortons les autres à voter également contre."

Avec une participation de 1,56% dans Uniper, Odey Asset Management en est le cinquième actionnaire.

Dans une note à ses clients envoyée à Reuters, ISS estime lui que Cornwall n'est pas parvenu à "fournir une justification convaincante pour un audit spécial", ajoutant que rien ne permet d'affirmer que la direction d'Uniper a manqué à son devoir vis-à-vis de cette opération.

(Christoph Steitz et Tom Käckenhoff, avec Maiya Keidan à Londres; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com