»
»
»
Consultation

La DGSE veut encourager les vocations dès le collège

La DGSE veut encourager les vocations dès le collège

Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - En quête d'experts scientifiques, la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) a parrainé cette année un concours de cryptographie adressé aux collégiens et lycéens, dont les prix ont été remis mercredi dans le cadre prestigieux de l'Ecole normale supérieure à Paris.

Devant les 68 finalistes de 14 à 16 ans, dont 37% de filles, le directeur général, Bernard Emié, et son directeur technique, Patrick Pailloux, n'ont pas caché leur souhait d'encourager les vocations chez ces jeunes forts en maths.

Ce concours Alkindi, auquel ont participé cette année 52.000 élèves de 4e, 3e et seconde, est centré sur l'art de sécuriser les messages et de "casser" les codes secrets.

"J'ai beaucoup d'ingénieurs qui font exactement ce que vous avez fait dans ce concours", a déclaré aux finalistes Patrick Pailloux, après avoir présenté les missions de la DGSE. "C'est un métier absolument extraordinaire. Ils utilisent les sciences pour protéger leur pays."

"Vous avez été perspicaces, vous avez travaillé en équipe, vous avez été adaptables pour résoudre ces énigmes. Eh bien (...) vous avez toutes les qualités qui sont celles qu'il faut pour entrer à la DGSE", a renchéri Bernard Emié.

Le secrétaire d'Etat chargé du numérique, Mounir Mahjoubi, venu remettre le premier prix, a pour sa part fait valoir que les ennemis de la France n'avaient "jamais été aussi nombreux" et "intelligents" : "La France attend beaucoup de vous."

Si le service de renseignement extérieur de la France n'a pas à redouter la rigueur budgétaire, lutte anti-terrorisme oblige, il doit s'adapter à un marché du travail de plus en plus concurrentiel pour recruter les profils scientifiques dont elle a besoin.

"C'est la maison qui doit, dans l'Etat, recruter le plus d'ingénieurs, le plus de spécialistes, le plus de mathématiciens dans tous les domaines les plus complexes, le plus de personnes capables de travailler dans la cryptanalyse", souligne un responsable de la DGSE.

En accompagnant le concours Alkindi depuis ses débuts il y a trois ans, la DGSE a pour objectif premier de sensibiliser les jeunes aux matières scientifiques. "Et peut-être qu'un jour ils pourront, par passion, rejoindre les services de renseignement", ajoute le même responsable.

(Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com