»
»
»
Consultation

La dette de la SNCF atteindrait 50 à 55 MdsE en 2020, selon Le Maire

La dette de la SNCF atteindrait 50 à 55 MdsE en 2020, selon Le Maire

Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - La dette de SNCF Réseau devrait s'élever à 50 à 55 milliards d'euros en 2020 et l'Etat, qui s'est engagé à la reprendre progressivement et au moins partiellement, à partir de cette date, ne peut donc pas aborder cette question à la légère, a prévenu jeudi Bruno Le Maire.

"Le montant exact de la dette, c'est 46 milliards d'euros", a déclaré le ministre de l'Economie et des Finances sur BFM TV.

"Si on rajoute l'endettement futur, on va arriver à une dette de l'ordre de 50 à 55 milliards d'euros (...) au moment où (...), à partir de 2020, nous pourrions envisager de traiter le problème de cette dette", a-t-il ajouté en conditionnant une nouvelle fois cette éventualité à une "transformation de la SNCF".

Au-delà de l'intérêt du contribuable, qui impose selon le gouvernement que l'entreprise redevienne rentable pour que sa dette soit reprise, "la deuxième (préoccupation), c'est veiller à ce que ça n'ait pas un impact sur le déficit public, parce que nous voulons respecter nos engagements", a souligné Bruno Le Maire.

La reprise par l'État de la dette de SNCF Réseau pourrait affecter à la fois le déficit et la dette publics, alors que le gouvernement affiche régulièrement sa volonté de redresser les comptes publics.

"On ne peut pas traiter ça à la légère parce que effectivement ça peut avoir un impact sur nos comptes publics", a dit Bruno Le Maire. "C'est bien pour ça que nous discutons avec Bruxelles"

La trajectoire des finances publiques dessinée dans le "programme de stabilité" présenté la semaine dernière par le gouvernement ne mentionne pas l'hypothèse d'une éventuelle reprise par l'Etat de tout ou partie de la dette de SNCF Réseau.

Ce document doit être transmis à la Commission européenne d'ici la fin du mois.

Bruno Le Maire a par ailleurs rappelé que sur les 46 milliards de dette de SNCF Réseau, "11 milliards ont déjà été intégrés dans la dette de l'Etat".

Ce "traitement comptable (...) accroît le stock de dette publique", même si le service de la dette incombe toujours au groupe ferroviaire mais "n'a eu aucun impact sur le déficit public", souligne le député LaRem des Hautes-Alpes Joël Giraud, rapporteur de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, dans un rapport diffusé mercredi.

Mais "si l'Etat décidait juridiquement de reprendre cette dette", cela se traduira par "un impact sur le déficit public à la hauteur du montant de la dette reprise", note-t-il dans ce document.

(Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com