»
»
»
Consultation

La Corée du Nord célèbre sa "victoire" au sommet de Singapour

La Corée du Nord célèbre sa "victoire" au sommet de Singapour
Crédit photo © Reuters

par Christine Kim

SEOUL (Reuters) - Les médias nord-coréens qualifient mercredi d''immense succès" le sommet entre Kim Jong-un et Donald Trump mardi à Singapour, en insistant sur les concessions faites par le président des Etats-Unis et sur la perspective d'une nouvelle ère de paix et de prospérité dans la péninsule coréenne.

L'agence de presse officielle KCNA souligne que le président américain a promis à Kim Jong-un de suspendre les exercices militaires conjoints entre les Etats-Unis et la Corée du Sud, d'offrir à Pyongyang des garanties pour sa sécurité et de lever les sanctions économiques à mesure que les relations entre les deux pays s'améliorent.

Donald Trump a confirmé les deux premiers points pendant sa conférence de presse à Singapour et a dit souhaiter une levée des sanctions, mais il a prévenu que celle-ci n'interviendrait que lorsque le processus de dénucléarisation de la Corée du Nord aura été jugé suffisament avancé.

Kim Jong-un et Donald Trump se sont mutuellement invités à se rendre respectivement aux Etats-Unis et en Corée du Nord et tous deux ont accepté cette invitation, poursuit KCNA.

"Kim Jong-un a invité Trump à venir à Pyongyang au moment qui lui convient et Trump a invité Kim Jong-un à se rendre aux Etats-Unis. Les deux dirigeants ont chacun accepté avec plaisir l'invitation de l'autre", écrit l'agence.

Dans une interview accordée à Fox News qui en a diffusé des extraits mardi soir aux Etats-Unis, Donald Trump se dit convaincu que Kim Jong-un "viendra certainement à la Maison blanche au moment opportun".

"NÉGOCIER DE BONNE FOI"

Le président confirme aussi sa décision de suspendre les manoeuvres militaires avec la Corée du sud, qui a semble-t-il pris de court Séoul et même le Pentagone, en la justifiant par la nécessité de "négocier de bonne foi".

"Nous n'allons pas nous livrer à des jeux de guerre tant que nous négocions de bonne foi", déclare-t-il.

"Vous savez, ces choses-là coûtent cher. J'ai horreur d'avoir l'air d'un homme d'affaires, mais je demande toujours, combien ça coûte?", ajoute Trump dans cette interview accordée à Fox News avant son départ de Singapour.

Les plus grandes manoeuvres conjointes américano-sud-coréennes - les exercices Foal Eagle et Max Thunder - se sont achevées le mois dernier. Les prochains exercices militaires de grande ampleur sont programmés en août.

KCNA porte au crédit de Kim Jong-un d'avoir convaincu son interlocuteur de mettre fin aux "actions militaires irritantes et hostiles" en Corée, alors que l'administration Trump avait catégoriquement exclu toute concession avant le début du sommet.

Donald Trump a "compris" et promis d'arrêter ces manoeuvres militaires considérées par Pyongyang comme des provocations, ajoute l'agence nord-coréenne.

"Kim Jong-un et Trump ont tous deux reconnu qu'il est important (d'agir) étape par étape et de manière simultanée pour parvenir à la paix, la stabilité et la dénucléarisation de la péninsule coréenne", écrit-elle.

KCNA ne fait aucune autre allusion à la question de l'abandon de l'arme nucléaire par Pyongyang, préférant se focaliser sur l'espoir d'une fin des hostilités entre la Corée du Nord et les Etats-Unis. Si Washington prend de "vraies mesures pour bâtir la confiance", Pyongyang continuera à prendre "de nouvelles mesures de bonne volonté proportionnées", écrit l'agence en citant Kim Jong-un.

MIKE POMPEO À SÉOUL

Des commentateurs aux Etats-Unis estiment que Donald Trump a fait trop de concessions lors de ce sommet en offrant à Kim Jong-un, jusqu'ici isolé, une stature internationale.

A Séoul, l'expert militaire Moon Seong-mook estime que "la Corée du Nord a obtenu exactement ce qu'elle voulait". "Elle a eu un sommet en tant que puissance nucléaire avec Kim placé sur un pied d'égalité avec Trump, et elle a obtenu que les Etats-Unis cessent leurs manoeuvres avec la Corée du Sud. C'est un succès pour Kim Jong-un", dit-il.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo est attendu mercredi à Séoul où il devrait s'entretenir avec des responsables sud-coréens et japonais. Il doit rencontrer jeudi le président sud-coréen Moon Jae-in et discuter avec ses homologues japonais Taro Kono et sud-coréen Kang Kyung-wha.

Le ministre japonais de la Défense, Itsunori Onodera, a regretté qu'en dépit de la promesse de dénucléarisation de Pyongyang, aucune mesure concrète n'ait été prise. Il a déclaré que Tokyo ne comptait pas baisser sa garde.

"Nous considérons les manoeuvres conjointes américano-sud-coréennes et la présence militaire en Corée du Sud comme vitales pour la sécurité en Asie de l'Est", a-t-il dit à la presse.

En Chine, le sommet de Singapour n'a pas fait les gros titres de la presse officielle. Le Quotidien du peuple, l'organe du Parti communiste chinois, a rendu compte de la rencontre dans un bref article en page 3 en s'appuyant sur la réaction du chef de la diplomatie chinoise.

Le China Daily, quotidien anglophone, a salué le résultat positif du sommet, même s'il écrit qu'il faudra attendre de voir si cet entretien entre Trump et Kim constitue véritablement un tournant historique pour la région.

(Avec Joori Roh à Séoul, Phil Stewart à Washington, Tim Kelly à Tokyo, John Ruwitch à Shanghai; Danielle Rouquié, Tangi Salaün et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com