La Corée du Nord a procédé au tir d'un missile balistique présumé

La Corée du Nord a procédé au tir d'un missile balistique présumé
La Corée du Nord a procédé au tir d'un missile balistique présumé
Crédit photo © Reuters

par Hyonhee Shin et Chang-Ran Kim

SEOUL/TOKYO (Reuters) - La Corée du Nord a procédé mercredi au tir d'un missile balistique présumé, mettant en exergue la promesse effectuée par son dirigeant Kim Jong-un de renforcer l'armée du pays pour faire face à une situation mondiale jugée instable.

Premiers à avoir rapporté le tir, les garde-côtés japonais ont indiqué dans un communiqué qu'ils estimaient qu'il s'agissait d'un missile balistique.

S'exprimant devant les journalistes à Tokyo, le Premier ministre japonais Fumio Kishida a déclaré qu'il était "très regrettable" que la Corée du Nord ait multiplié depuis l'an dernier les tirs de missiles.

L'état-major de l'armée sud-coréenne a rapporté pour sa part que la Corée du Nord avait lancé, depuis sa côte Est en direction de la mer, un projectile qui serait un missile balistique.

"Notre armée demeure préparée à de possibles lancements supplémentaires, en surveillant de près la situation en coopération étroite avec les Etats-Unis", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le Conseil de sécurité nationale à Séoul a tenu une réunion d'urgence, exprimant sa préoccupation que l'essai nord-coréen soit survenu "lors d'une période durant laquelle la stabilité interne et externe est extrêmement importante".

Il a appelé Pyongyang à reprendre les discussions diplomatiques.

Aucun commentaire n'a été obtenu dans l'immédiat auprès de la Maison blanche, du Pentagone et du département d'Etat américain.

Dans un discours prononcé pour le Nouvel An et relayé par la presse officielle nord-coréenne, Kim Jong-un a déclaré que Pyongyang devait renforcer ses capacités de défense. Le dirigeant nord-coréen n'a pas spécifiquement mentionné les programmes balistique et nucléaire du pays.

Si la Corée du Nord respecte un moratoire sur les essais nucléaires et de missiles balistiques intercontinentaux depuis 2017, en marge d'une ouverture diplomatique avec les Etats-Unis et la Corée du Sud - des discussions tombées depuis dans l'impasse -, elle a continué de procéder à des tests de missiles à courte portée, notamment depuis un sous-marin.

(Reportage Chang-Ran Kim à Tokyo, Hyonhee Shin à Séoul, David Brunnstrom à Washington; version française Jean Terzian)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !