»
»
»
Consultation

La conductrice de l'autocar de Millas incriminée par un rapport

La conductrice de l'autocar de Millas incriminée par un rapport

PARIS (Reuters) - La responsabilité de la conductrice d'un autocar scolaire entré en collision avec un TER à Millas (Pyrénées-Orientales) le 14 décembre dernier, entraînant la mort de six enfants, est engagée, selon un rapport d'experts cité par Le Parisien de vendredi.

"L'origine de cet accident provient d'un freinage tardif de la conductrice de l'autocar", déclarent les experts dans ce rapport remis à la juge d'instruction chargée du dossier.

La conductrice, une femme de 48 ans mise en examen pour "homicides involontaires et blessures involontaires par imprudence", avait soutenu que les barrières du passage à niveau où s'est produit l'accident étaient levées lorsqu'elle a traversé les voies.

L'expertise exclut toute cause mécanique ou météorologique à l'accident. "Après avoir effectué sa délicate manoeuvre d'insertion sur la départementale 612 et après avoir accéléré jusqu'à 12 km/h, la conductrice de l'autocar (...) se rend compte de la présence d'un obstacle devant son autocar et elle écrase la pédale de frein", explique le rapport.

"Le seul obstacle pouvant se trouver devant son autocar dans son couloir de circulation nécessitant d'écraser la pédale de frein est la présence de la barrière fermée du passage à niveau numéro 25."

"Mais lorsqu'elle décide de freiner, l'autocar (...) est déjà trop près de la barrière fermée et elle ne réussit pas à stopper l'autocar avant d'atteindre la voie ferrée. Sur sa lancée, bien qu'elle soit en freinage, elle percute la barrière du passage à niveau qui se plie".

L'expertise technique réalisée sur les rames et le passage à niveau exonère la SNCF. "Nous n'avons pas identifié de cas de dysfonctionnement de ce (passage à niveau) qui aurait pu conduire à une non-fermeture de barrière au moment du passage du train", selon le rapport cité par Le Parisien.

La juge d'instruction du pôle spécialisé dans les accidents et catastrophes collectives de Marseille qui instruit le dossier a désigné des experts médicaux pour savoir si les médicaments que prenait la conductrice ont pu avoir une influence sur son acuité visuelle ou auditive, rapporte Le Parisien.

Pour l'avocate de trois familles qui se sont constituées partie civile, et qui s'exprimait sur BFM-TV, la conductrice est "coupable d'avoir été soignée par un médecin qui lui prescrivait des somnifères dont les effets secondaires sont gravissimes sans l'avoir mise en arrêt de travail alors qu'elle conduisait des enfants".

"Le magistrat instructeur se devra d'entendre tout ces médecins et de les mettre en examen, car, incontestablement, ils sont beaucoup plus responsables que (la conductrice)", a dit Me Jehanne Collard.

(Caroline Pailliez, édité par Danielle Rouquié)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com