La coentreprise Stellantis-GAC va fermer l'une de ses deux usines

La coentreprise Stellantis-GAC va fermer l'une de ses deux usines
La coentreprise Stellantis-GAC va fermer l'une de ses deux usines
Crédit photo © Reuters

PEKIN (Reuters) - La coentreprise formée par Stellantis et le chinois GAC fermera l'une de ses deux usines en Chine d'ici mars prochain, a déclaré GAC à Reuters.

Cette fermeture s'inscrit dans le plan de restructuration des opérations de Stellantis sur le plus grand marché automobile du monde, où les ventes du groupe peinent à décoller.

La coentreprise, qui a actuellement la capacité de fabriquer 328.000 voitures par an, n'a vendu que 12.288 véhicules, tous des SUV de la marque Jeep, au cours des sept premiers mois de l'année.

Elle va donc transférer sa production de Canton à Changsha pour "augmenter le taux d'utilisation des usines et réduire les coûts", a déclaré GAC dans un communiqué. L'usine de Changsha a une capacité de 164.000 véhicules par an, soit bien plus que ce que vend la coentreprise.

Un porte-parole de Stellantis a refusé de s'exprimer sur le sujet.

Outre le partenariat avec GAC, le groupe issu de la fusion entre PSA et Fiat Chrysler est également en coentreprise avec le chinois Dongfeng Motor Group, qui a vendu 47.788 voitures entre janvier et juillet.

Carlos Tavares, directeur général de Stellantis, a déclaré que le groupe étudiait une nouvelle stratégie pour la Chine, qui sera mise en place d'ici la fin de l'année. Le groupe prévoit d'introduire sa marque Opel en Chine, en proposant des véhicules entièrement électriques.

Alors que la concurrence s'intensifie en Chine, où plus de 25 millions de véhicules ont été vendus l'année dernière, plusieurs coentreprises entre des constructeurs automobiles internationaux et des partenaires locaux ont réduit leurs activités en raison de la baisse des ventes.

Mazda Motor a mis fin à sa coentreprise avec FAW le mois dernier et le partenariat de Hyundai Motor avec BAIC a vendu une usine au fabricant de véhicules électriques Li Auto.

L'année dernière, Renault a fermé son entreprise avec Dongfeng, moins de cinq ans après le début de leur production. En 2018, Suzuki Motor a quitté son unique coentreprise chinoise avec Changan.

(Reportage Yilei Sun, Gilles Guillaume et Giulio Piovaccari; version française Federica Mileo)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !