La cinquième vague ne menace pas la croissance dit Le Maire

La cinquième vague ne menace pas la croissance dit Le Maire

PARIS, 24 novembre (Reuters) - La cinquième vague épidémique en France ne menace pas la croissance, "qui est là, qui est solide et repose sur des fondamentaux qui sont sains", a estimé mercredi le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire.

"Je n'ai pas d'inquiétude particulière pour la croissance française", a déclaré le ministre sur France Info. "On a appris de vague en vague à mieux gérer les contraintes sanitaires."

Interrogé sur d'éventuelles nouvelles mesures de lutte contre l'épidémie que le gouvernement pourrait annoncer mercredi à l'issue d'un conseil de défense sanitaire, Bruno Le Maire a dit "ne pas voir pour le moment de mesure (de restriction) supplémentaire à imposer à l'économie française".

"Ce qui compte d'abord, c'est la responsabilité de chacun, respecter les gestes barrière, faire son rappel de vaccination quand on doit le faire, faire en sorte que le pass sanitaire soit appliqué", a-t-il dit.

"Ça peut avoir un impact pour des établissements, pour des restaurants, des bars, des hôtels, des indépendants et rien que pour cela, cela vaut le coup de se protéger et de faire en sorte que nous arrivions à vaincre définitivement l'épidémie."

La France a enregistré mardi plus de 30.000 nouveaux cas de contamination par le coronavirus au cours des dernières 24 heures, une première depuis le mois d'août.

Cette "hausse très importante des contaminations (...) atteste, si c'était nécessaire, que nous sommes bel et bien, hélas, dans une cinquième vague épidémique", a déclaré Olivier Véran devant l'Assemblée nationale.

Sur France Info, Bruno Le Maire a également annoncé le relèvement du plafond du chèque cadeau à 250 euros, montant au-delà duquel sont perçues des cotisations sociales, contre 171 auparavant.

"Cela concerne près de huit millions de salariés", a-t-il souligné, vantant une nouvelle mesure en faveur du pouvoir d'achat des Français. (Reportage Nicolas Delame et Jean-Stéphane Brosse, édité par Jean-Michel Bélot)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !