»
»
»
Consultation

La BoJ renonce à un calendrier pour son objectif de 2%

La BoJ renonce à un calendrier pour son objectif de 2%

Crédit photo © Reuters

par Leika Kihara et Stanley White

TOKYO (Reuters) - La Banque du Japon (BoJ) a laissé sa politique monétaire inchangée vendredi mais a surpris en renonçant à se donner un calendrier pour atteindre son objectif d'une inflation à 2%, une décision que des économistes attribuent à la volonté de la banque centrale de tempérer les anticipations sur de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire.

Dans le cadre de la révision trimestrielle de ses projections économiques, la BoJ a maintenu une évaluation optimiste de la situation de l'économie mais a souligné les risques baissiers sur les perspectives d'inflation, ce qui souligne les défis qu'elle rencontre pour éradiquer la mentalité déflationniste qui s'est répandue dans l'opinion.

"S'il n'y a aucun changement sur notre engagement à atteindre notre objectif d'inflation le plus tôt possible, il y a une incertitude considérable sur les perspectives", a déclaré le gouverneur de la BoJ Haruhiko Kuroda lors de la conférence qui a suivi les annonces de politique monétaire.

OBJECTIF ÉVASIF

En raison de la faiblesse de l'inflation observée ces dernières années, la banque centrale japonaise n'a cessé de repousser dans le temps l'objectif de 2%.

"Le calendrier a toujours été une prévision, pas un horizon contraignant pour atteindre notre objectif", a dit Haruhiko Kuroda en réponse à une question sur les motifs de l'abandon du calendrier pour l'objectif d'inflation.

"Certains intervenants de marché ont considéré que le calendrier correspondait à une date butoir et l'ont lié à nos actions de politique monétaire", a-t-il ajouté.

"En réalité cela prend du temps pour atteindre 2% d'inflation (...). Il est inapproprié pour les marchés de trop se focaliser sur le calendrier."

Haruhiko Kuroda, dont le mandat à la tête de la BoJ vient d'être renouvelé pour cinq ans, avait lancé un programme massif d'assouplissement quantitatif pour sortir l'économie japonaise de plus d'une décennie de déflation, lorsqu'il avait pris les rênes de l'institution en 2013.

Des économistes ont estimé que l'abandon d'un calendrier pour la réalisation de l'objectif d'inflation visait à créer un cadre de communication avec les marchés moins contraignant pour la BoJ.

"En renonçant au calendrier, la BoJ peut éviter d'être confrontée à des pressions pour assouplir encore sa politique monétaire si l'horizon (pour la réalisation de l'objectif) est encore reporté", a dit Noriatsu Tanji, stratégiste obligataire chez Mizuho Securities.

"Cela peut aussi éviter que les intervenants de marché établissent un lien entre le moment où l'objectif sera atteint et la stratégie de sortie de la politique accommodante", a-t-il ajouté.

La BoJ a clairement indiqué que l'orientation de sa politique dépendrait désormais de l'évolution de l'économie plus que de la rapidité avec laquelle l'inflation convergerait vers un objectif évasif, ont souligné d'autres analystes.

"La BoJ est devenue plus réaliste dans sa communication pour devenir plus crédible", a dit Masayuki Kichikawa, stratégiste sur la macroéconomie de Sumitomo Mitsui Asset Management.

"Le conseil a déplacé l'équilibre entre l'envoi d'un message fort pour influencer les anticipations d'inflation et d'un message réaliste sur les prix."

La BoJ s'était retrouvée sur la sellette l'année dernière à propos de sa stratégie de communication après que des messages perçus comme contradictoires de ses responsables monétaires avaient déstabilisé les marchés.

Comme cela était largement attendu, la BoJ a maintenu son objectif de taux à court terme à -0,1% et celui des rendements obligataires à 10 ans aux alentours de 0%. Cette décision a été votée par huit voix contre une, cette dernière étant celle de Goushi Kataoka.

L'institut d'émission a laissé inchangée sa prévision d'une hausse des prix à la consommation de 1,8% pour l'exercice fiscal se terminant le 31 mars 2020.

S'agissant de l'exercice 2020-2021, la BoJ voit également une inflation à 1,8%, ce qui semble vouloir dire que le renforcement de la croissance du Japon devrait permettre aux prix à la consommation de se rapprocher de son objectif.

"L'économie japonaise devrait continuer à croître à un rythme modéré. L'élan qui doit nous permettra d'atteindre notre objectif de prix est encore là mais manque de vigueur", a prévenu la BoJ.

(Marc Joanny pour le service français, édité par Benoit Van Overstraeten)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com