La BoE relève son taux directeur à 1% malgré le risque de récession

La BoE relève son taux directeur à 1% malgré le risque de récession
La BoE relève son taux directeur à 1% malgré le risque de récession
Crédit photo © Reuters

par William Schomberg et David Milliken

LONDRES (Reuters) - La Banque d'Angleterre (BoE) a relevé son taux d'intérêt jeudi à 1%, son plus haut niveau depuis 2009, afin de contrer l'inflation qui pourrait atteindre plus de 10% cette année, tout en avertissant que l'économie britannique pourrait tomber en récession.

Six des neuf membres du Comité (MPC) se sont prononcés en faveur de cette hausse de taux d'un quart de point, Catherine Mann, Jonathan Haskel et Michael Saunders ayant voté pour une hausse de 50 points de base, à 1,25%.

Les économistes interrogés par Reuters anticipaient huit voix en faveur d'une hausse à 1%.

La plupart des membres de la banque centrale britannique estime qu'"un certain degré de resserrement supplémentaire de la politique monétaire pourrait encore être approprié dans les mois à venir", a annoncé la BoE, abandonnant dans son communiqué le mot "modeste" pour décrire l'ampleur des hausses de taux à venir.

Les banques centrales du monde entier sont confrontées à l'accélération de l'inflation qu'elles ont longtemps décrite comme transitoire avant que l'invasion de l'Ukraine par la Russie ne fasse exploser les prix de l'énergie.

La BoE s'inquiète en outre de l'impact des restrictions mises en place en Chine face à l'épidémie de COVID-19 qui menacent de perturber davantage les chaînes d'approvisionnement et d'accroître les pressions inflationnistes.

La Réserve fédérale américaine a relevé mercredi ses taux de 50 points de base, sa plus forte hausse depuis 2000, et a clairement laissé entendre que de nouvelles hausses, sans doute de même ampleur, allaient suivre.

La BoE prévoit que le taux d'inflation au Royaume-Uni atteindra un pic après ceux des autres grandes économies en raison du plafonnement des prix de l'énergie pour les ménages, qui a vu les tarifs augmenter de 54% en avril et qui, selon la banque centrale, augmenteront encore de 40% en octobre.

L'institution a maintenu sa prévision de croissance pour cette année à 3,75% mais elle s'attend désormais à une contraction de l'économie de 0,25% en 2023, contre une expansion de 1,25% auparavant.

Elle également revu en baisse sa prévision de croissance pour 2024, à 0,25% contre 1,0%.

Sur les marchés, le rendement des emprunts d'Etat britanniques à dix ans a nettement chuté après ses annonces et reculait à 1,86% vers 11h45 GMT contre 1,95% juste avant la publication du communiqué de politique monétaire.

La livre sterling creusait ses pertes face au dollar (-1,75%) et à l'euro (-1,29%) et l'indice FTSE 100 gagnait 1,32%.

(Reportage David Milliken et William Schomberg, version française Laetitia Volga, édité par Sophie Louet et Kate Entringer)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !