La BdF relève sa prévision de croissance pour 2021

La BdF relève sa prévision de croissance pour 2021
La BdF relève sa prévision de croissance pour 2021
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - L'économie française se redresse plus rapidement que prévu cette année avec l'atténuation de la crise sanitaire, a déclaré lundi la Banque de France (BdF) qui a relevé sa prévision de croissance pour 2021.

La deuxième économie de la zone euro est en mesure d'afficher une croissance de 6,3% cette année, prédit la BdF dans ses prévisions trimestrielles, alors qu'elle tablait en juin dernier sur une expansion de 5,8%.

L'économie française a dépassé ces derniers mois la plupart des prévisions à la faveur de l'accélération de la campagne de vaccination et de l'assouplissement des restrictions instaurées pour enrayer la progression de l'épidémie de COVID-19.

Ces prévisions sont légèrement plus optimistes que celles du gouvernement qui a bâti son budget 2022 en tablant sur une croissance 2021 limitée à 6,0%.

La BdF a toutefois révisé en baisse ses prévisions pour 2022 (+3,7% contre 4,1%) et 2023 (+1,9% contre 2,1%), 2021 concentrant selon elle une part plus importante de la reprise.

S'appuyant sur son enquête réalisée chaque mois auprès de 8.500 entreprises, la banque centrale estime que l'économie ne tournait plus en septembre qu'un demi-point en-dessous des niveaux d'avant crise sanitaire et qu'un retour à la normale est à portée de main d'ici la fin de l'année.

Sur une base trimestrielle, elle anticipe une croissance de 2,5% au cours des trois mois à fin septembre, plus du double du taux enregistré au deuxième trimestre.

La reprise économique s'accompagne toutefois d'une pénurie de main d'oeuvre dans la moitié des entreprises interrogées et de difficultés d'approvisionnement pour plus d'une société industrielle sur deux et 61% dans la construction.

L'inflation devrait quant à elle atteindre une moyenne de 1,8% cette année avant de ralentir à 1,4% l'année prochaine et 1,3% en 2023.

Ces perspectives semblent toutefois n'avoir aucune incidence sur le marché de l'emploi avec un taux de chômage anticipé autour de 8,1% à 8,2% de 2021 à 2023.

(Leigh Thomas, version française Nicolas Delame)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !