La BCE cherche à réduire les intérêts payés aux banques, selon des sources

La BCE cherche à réduire les intérêts payés aux banques, selon des sources
La BCE cherche à réduire les intérêts payés aux banques, selon des sources
Crédit photo © Reuters

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) étudie les moyens de réduire le coût de la rémunération des réserves des banques, qui risque d'augmenter de plusieurs dizaines de milliards d'euros avec la remontée des taux d'intérêt, a-t-on appris de quatre sources.

Pour combattre l'inflation, la BCE a relevé au début du mois ses taux directeurs et le taux de rémunération des 4.600 milliards d'euros de réserves des banques supérieures aux obligations réglementaires, pour le porter de -0,5% à 0,75%.

Ce changement pourrait conduire l'institution à payer des dizaines de milliards d'euros d'intérêts par an sur ces réserves, et donc l'obliger à puiser dans les fonds propres des banques centrales nationales des pays dans lesquels les réserves concernées sont les plus importantes.

Un risque contre lequel les Pays-Bas et la Belgique ont d'ailleurs déjà publiquement mis en garde.

Cette évolution risque aussi de placer aussi la BCE dans une situation politiquement inconfortable puis qu'elle reviendrait à subventionner en quelque sorte le secteur bancaire au moment où les ménages et les entreprises sont en difficulté face à l'inflation et à la remontée du coût du crédit.

Les banques peuvent notamment tabler sur un profit sans risque sur les prêts à trois ans souscrits auprès de la BCE elle-même puisque le taux d'intérêt moyen de ces "opérations de refinancement ciblées à plus long terme" (TLTRO) est inférieur à celui auquel elles ont droit désormais sur les liquidités déposées à la banque centrale.

Pour ces raisons, les équipes de la BCE étudient donc plusieurs options pour réduire la rémunération des réserves, parmi lesquelles celle d'un arrêt de la rémunération des liquidités empruntées à la banque centrale, ont expliqué à Reuters des personnes proches du dossier.

La BCE pourrait aussi modifier les modalités des TLTRO, une option qui risquerait toutefois d'entamer la crédibilité d'éventuelles opérations futures et de l'exposer à des recours juridiques, a-t-on précisé de mêmes sources.

Parmi les autres propositions à l'étude figure celle d'une rémunération qui ne concernerait que les réserves excédentaires inférieures ou supérieures à un seuil à déterminer ainsi que celle d'un arrêt de la rémunération des réserves obligatoires, qui atteint pour l'instant 1,25% par an, a-t-on ajouté.

La BCE s'est refusée à tout commentaire.

Les membres du Conseil des gouverneurs de l'institution n'ont que brièvement débattu du dossier lors de leur réunion du 8 septembre et devraient l'étudier lors du séminaire prévu à Chypre le 5 octobre ou lors de la réunion de politique monétaire du 26 octobre.

En Bourse, les valeurs bancaires de la zone euro, déjà en net repli, creusaient leurs pertes après les informations de Reuters: leur indice Stoxx cédait 3,73% vers 11h20 GMT.

(Reportage Francesco Canepa, Frank Siebelt et Balazs Koranyi, version française Marc Angrand)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !