»
»
»
Consultation

La banque du Mexique avertit du risque d'une "perte de confiance"

La banque du Mexique avertit du risque d'une "perte de confiance"
Crédit photo © Reuters

MEXICO (Reuters) - La banque centrale du Mexique a prévenu mercredi que l'économie pourrait durablement souffrir si la politique du nouveau gouvernement provoquait "une perte de confiance" dans le pays et a plaidé pour une clarification de la part du gouvernement d'Andres Manuel Lopez Obrador.

Les marchés financiers mexicains ont chuté en novembre, les investisseurs redoutant que le président nouvellement élu, qui prendra ses fonctions le 1er décembre, ne s'éloigne des règles budgétaires établies par la banque centrale.

Dans son rapport trimestriel, la banque prévient que les perspectives de croissance à moyen et long terme pourraient être affectées par "des politiques publiques qui créent des inquiétudes sur les marchés et une perte de confiance dans le Mexique comme destination pour les investissements".

Interrogé lors d'une conférence de presse, le gouverneur de la banque centrale Alejandro Diaz de Leon a déclaré : "Nous devons promouvoir la certitude, la clarté".

"Les investissements engagent des ressources d'horizons lointains et en raison de cela, il est important d'avoir de la clarté", a-t-il dit. "Une stratégie et une exécution claires contribuent à créer un environnement plus favorable à l'investissement".

Les propositions d'Andres Manuel Lopez Obrador et de son parti d'abandonner un projet de construction d'un nouvel aéroport à Mexico ou encore de limiter les commissions bancaires ont provoqué une chute depuis le début octobre de près de 18% de l'indice S&P/BMV IPC, tombé lundi à plus bas de quatre ans et demi.

L'indice boursier reprend mercredi autour de 3%, encouragé comme les autres marchés émergents par les déclarations du président de la Réserve fédérale Jerome Powell, qui a semblé signaler un ralentissement à venir du rythme du resserrement monétaire de la banque centrale américaine.

Les analystes s'inquiètent du fait qu'Andres Manuel Lopez Obrador puisse augmenter significativement les dépenses ou mette en oeuvre les réformes économiques radicales qu'il a présentées jusqu'ici. Mardi, le président élu a indiqué qu'il respecterait "l'équilibre macroéconomique".

Le gouverneur de la banque centrale du Mexique a indiqué mercredi que les incertitudes sur les marchés financiers lors des dernières semaines avaient affecté le volume de transactions sur le marché obligataire.

Il a ajouté que la banque centrale suivait avec attention les marchés et avait les "instruments" pour agir si besoin.

La banque centrale du Mexique permet depuis longtemps à sa monnaie de flotter librement et intervient seulement en cas de restriction sévère de la liquidité.

Dans son rapport publié mercredi, elle a révisé légèrement à la baisse sa prévision de croissance économique pour l'an prochain entre 1,7% et 2,7%.

La banque centrale a aussi relevé sa prévision d'inflation pour 2019, tablant sur le maintien d'un taux annuel au-delà de 4% sur le premier semestre de l'année.

(Michael O'Boyle, Blandine Hénault pour le service français)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com