»
»
»
Consultation

L'UE prévoit une hausse des dépenses pour les pays du sud comme l'Italie

L'UE prévoit une hausse des dépenses pour les pays du sud comme l'Italie

Crédit photo © Reuters

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a proposé mardi d'accroître les fonds alloués aux pays du sud de l'Europe plus durement touchés par les crises économique et migratoire, en particulier l'Italie, tout en réduisant les versements à destination des pays de l'est du continent.

Ces propositions détaillent le projet de budget pour l'Union européenne pour la période 2021-2027 présenté en début de mois.

Elles sont dévoilées au moment même où l'Italie est plongée en pleine crise politique après le refus du président Sergio Mattarella d'avaliser le gouvernement proposé par le Mouvement 5-Etoiles et la Ligue au sein duquel le poste de ministre de l'Economie aurait été confié à une personnalité eurosceptique.

Cette décision présidentielle ouvre la voie à de nouvelles élections susceptibles de renforcer ces partis hostiles aux politiques menées au niveau de l'Union européenne, sur le plan économique comme migratoire.

Ce projet de budget 2021-2027, qui va faire l'objet d'âpres tractations entre Etats membres, prévoit de réduire le poste de dépenses le plus élevé, celui des subventions agricoles, tout en augmentant les dépenses consacrées à la défense, la sécurité des frontières, la recherche ou la technologie numérique.

Cela va entraîner une baisse des versements du Fonds de cohésion, destiné à réduire les écarts de richesse entre Etats membres, aux pays d'Europe de l'Est.

Les pays du sud de l'UE bénéficieront en revanche d'une augmentation de leurs versements en raison d'une nouvelle méthodologie ne tenant plus seulement compte de la richesse nationale mais aussi du niveau de chômage et de l'accueil des migrants.

La Grèce, l'Espagne et l'Italie ont été frappées de plein fouet par le chômage depuis la crise financière internationale de 2007-2009 alors que le taux de chômage est nettement inférieur à 5% en Pologne, en Hongrie ou en République tchèque.

L'Italie et la Grèce sont aussi les premiers pays d'accueil des migrants fuyant les crises en Afrique et au Moyen-Orient alors que les pays de l'est de l'UE ont refusé toute politique de quotas pour la répartition de ces migrants entre Etats membres.

(Francesco Guarascio; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com