L'UE pourrait autoriser des aides d'État pour la production de puces, mais avec des garde-fous

L'UE pourrait autoriser des aides d'État pour la production de puces, mais avec des garde-fous
L'UE pourrait autoriser des aides d'État pour la production de puces, mais avec des garde-fous
Crédit photo © Reuters

par Sabine Siebold et Philip Blenkinsop

BRUXELLES (Reuters) - L'Union européenne pourrait approuver des aides d'Etat pour le financement de nouveaux sites de production de semi-conducteurs dans le bloc, a dit jeudi la vice-présidente de la Commission chargée de la concurrence, tout en résistant aux appels de la France et d'autres pays en faveur d'une approche non restrictive des subventions.

Entreprises et consommateurs du monde entier sont confrontés à une pénurie sans précédent de semi-conducteurs qui a entraîné des retards dans les livraisons de voitures, des pénuries d'appareils électroménagers ou la hausse des prix des smartphones.

La pénurie touche particulièrement l'UE en raison de sa dépendance à l'égard des producteurs asiatiques et de sa part réduite dans la chaîne d'approvisionnement.

"La Commission pourrait envisager d'approuver des aides publiques pour combler d'éventuels déficits de financement dans l'écosystème des semi-conducteurs pour l'établissement, en particulier en Europe, de sites de premier ordre", a déclaré Margrethe Vestager au Parlement européen.

L'exécutif européen, chargé de superviser la politique de concurrence dans les 27 États membres de l'UE, s'assurerait qu'un telle décision soit assortie de solides garanties en matière de concurrence et que l'aide soit distribuée sans discrimination entre les différentes économies européennes afin de ne pas désavantager les petits pays de l'UE.

Les Etats-Unis ont annoncé en 2020 la loi "CHIPS for America", qui vise à renforcer leur capacité à concurrencer la la technologie chinoise, tandis que l'UE prévoit d'adopter sa propre loi pour encourager la production de pointe en 2022.

La difficulté d'accès aux minéraux semi-conducteurs en dehors de l'UE et la réticence des entreprises à investir massivement, à moins qu'elles ne puissent faire fonctionner leurs usines à pleine capacité pour accroître leur rentabilité, entravent toutefois le développement des capacités de production en Europe.

La Commission européenne a prolongé de six mois, jusqu'au 30 juin 2022, le cadre actuel qui assouplit les aides publiques accordées aux entreprises frappées par la crise sanitaire.

(Reportage Sabine Siebold, version française Diana Mandiá, édité par Blandine Hénault et Sophie Louet)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !