»
»
»
Consultation

L'UE lance des pistes pour renforcer le rôle de l'euro

L'UE lance des pistes pour renforcer le rôle de l'euro
Crédit photo © Reuters

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a publié mercredi des propositions non contraignantes visant à renforcer le rôle de l'euro dans les transactions internationales et son utilisation comme monnaie de réserve pour tenter de contester la domination du dollar.

Cette initiative fait suite à la décision des Etats-Unis de se retirer de l'accord sur le programme nucléaire de l'Iran, qui a forcé les sociétés européennes à suspendre leurs transactions avec l'Iran pour éviter d'être sanctionnées par Washington.

La Commission a appelé les entreprises et les Etats membres à renforcer leur recours à l'euro dans le domaine de l'énergie. Elle a ajouté qu'elle étudierait d'éventuelles mesures pour promouvoir une utilisation plus large de la monnaie unique sur les marchés financiers et de matières premières.

"La décision de recourir à une monnaie est prise, en dernier ressort, par les acteurs du marché et l'objectif n'est pas d'interférer dans la liberté commerciale ou de limiter le choix", écrit la Commission dans un communiqué, tout en notant que la manière la plus efficace d'élargir le rôle de l'euro sur la scène internationale était de renforcer l'union monétaire et de mettre en oeuvre les réformes dans ce sens, qui sont bloquées depuis des années en raison de divergences entre Etats membres.

Au cours de ses 20 années d'existence, le rôle de l'euro au niveau international a atteint son apogée au début des années 2000, avant de chuter pendant la crise financière de 2007-2008.

Le recours à l'euro n'a pas repris depuis et le dollar reste la devise la plus utilisée dans le monde. Au total, 60% des émissions de dettes souveraines et des réserves de devises internationales sont en dollars. L'euro arrive en deuxième position mais sa part sur chacun de ces deux marchés est de 20%.

La Commission a souligné que la domination du dollar est due à une meilleure liquidité, des coûts de transactions plus faibles et son utilisation comme référence sur les marchés des matières premières et des produits dérivés, des avantages qui ne sont pas susceptibles d'être remis en cause à court terme.

Mais elle ajoute qu'un euro plus fort serait favorable, non seulement à l'Europe, mais au monde entier, et "contribuerait à renforcer la résilience du système financier international".

La récente montée de tensions commerciales avec les Etats-Unis et l'utilisation du dollar pour forcer les entreprises à respecter les sanctions américaines contre l'Iran, ont éveillé les inquiétudes sur la prédominance du billet vert.

Dans ce contexte, la Commission cherche à renforcer le rôle de l'euro dans les paiements internationaux, dont la part de marché est de même ordre que celle du dollar, à plus de 35%.

L'Union européenne est le premier importateur mondial d'énergie avec une facture moyenne de 300 milliards d'euros, dit la Commission, appelant les pays membres à utiliser systématiquement l'euro dans leurs futurs accords internationaux dans le domaine de l'énergie.

L'exécutif européen envisage aussi de prendre des mesures permettant d'accroître le recours à l'euro par les constructeurs aéronautiques tels qu'Airbus, et sur les marchés des matières premières. Il pourrait en outre proposer d'élargir le champ des contrats de produits dérivés qui doivent passer par une chambre de compensation européenne avec pour objectif de développer le marché des produits financiers libellés en euros.

La Commission va en outre étudier des mesures pour faciliter le projet de la Banque centrale européenne de mise en place d'un système européen de paiement instantané, face à la concurrence des cartes de paiement américaines et des géants américains déjà présents sur le marché des services de paiement.

Développé en un peu plus d'un an, ce système lancé la semaine dernière et baptisé TIPS, permettra aux particuliers et aux entreprises en Europe de transférer de l'argent en quelques secondes et à tout moment de la journée.

(Francesco Guarascio, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Blandine Hénault)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com