»
»
»
Consultation

L'Iran exclut tout accord lors de la réunion de l'Opep

L'Iran exclut tout accord lors de la réunion de l'Opep
Crédit photo © Reuters

par Alex Lawler, Rania El Gamal et Polina Nikolskaya

VIENNE/MOSCOU (Reuters) - L'Iran a déclaré mardi qu'il était peu probable que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) puisse conclure un accord sur la production lors de sa réunion prévue vendredi, Téhéran se préparant ainsi à une confrontation directe avec l'Arabie saoudite et la Russie, tous deux en faveur d'une augmentation de la production.

L'Opep et ses alliés décideront de la marche à suivre en matière de production lors de leur réunion les 22 et 23 juin à Vienne. Les Etats-Unis et la Chine, grands consommateurs de pétrole, ont invité l'organisation à augmenter ses extractions pour faire baisser les cours de l'or noir et soutenir la croissance de l'économie mondiale.

L'Arabie saoudite, chef de file de facto de l'Opep, et la Russie plaident en faveur d'un abandon progressif des limitations imposées depuis 2017 sur la production dans le cadre de l'accord Opep+, pour à la fois répondre à la demande mondiale et compenser une baisse des extractions au Venezuela et en Libye, alors que certains membres du cartel, dont l'Iran, l'Irak, et l'Algérie s'y opposent.

L'Opep+, visant à réduire la production cumulée des participants de 1,8 million de barils par jour (bpj) pour désengorger le marché mondial et faire remonter les cours, est entré en vigueur en janvier 2017 et a été prolongé jusqu'à la fin de l'année.

"Je ne pense pas que nous puissions parvenir à un accord lors de cette réunion. L'Opep n'est pas une organisation qui prend ses instructions auprès de Donald Trump (...) l'Opep ne fait pas partie du département de l'Energie des Etats-Unis", a dit le ministre iranien du Pétrole Bijan Zanganeh après son arrivée à Vienne, où l'Opep a son siège.

Il a ajouté qu'il quitterait la capitale autrichienne vendredi, avant que l'Opep ne tienne des pourparlers avec des pays producteurs non-membres de l'Opep le jour suivant, soulignant que la récente poussée des cours du brut était surtout la faute des Etats-Unis, avec la décision de Washington d'imposer de nouvelles sanctions à l'Iran et au Venezuela.

SOLIDE DEMANDE MONDIALE

"La demande de pétrole augmente généralement au rythme le plus soutenu au troisième trimestre (...) Nous pourrions être confrontés à un déficit si nous ne prenons pas de mesures", a déclaré pour sa prt à la presse Alexandre Novak, le ministre de l'Energie russe. "A notre avis, cela pourrait entraîner une surchauffe du marché."

Il a ajouté que Moscou voulait que l'Opep et ses partenaires augmentent leur production de 1,5 million de barils par jour (bpj), assouplissant de fait leur accord de réduction des extractions.

Trois sources au sein de l'Opep ont rapporté à Reuters qu'une commission économique du cartel s'était réunie lundi pour étudier les perspectives du marché et qu'elle prévoyait une solide demande mondiale pour le reste de l'année.

"Si l'Opep et ses alliés conservent leurs niveaux de production de mai, alors le marché pourrait afficher un déficit dans les six prochains mois", a dit l'une d'elles.

Lors de la réunion de la commission, l'Algérie, l'Iran et le Venezuela ont dit leur opposition à une hausse de la production.

La croissance de la demande a surpris les observateurs au cours des deux dernières années, avec des augmentations annuelles supérieures à 1,5%, et la consommation mondiale de pétrole devrait atteindre 100 millions de bpj l'année prochaine.

Alexandre Novak a déclaré que si une décision était prise cette semaine en faveur d'une augmentation de la production, le cartel et ses alliés pourraient se rencontrer à nouveau en septembre pour examiner son impact et affiner leur politique de production.

BASE DE NÉGOCIATION

Les ministres de l'Energie du Koweït, de l'Angola et des Emirats arabes unis, pays qui assure actuellement la présidence tournante de l'Opep, se sont refusés à tout commentaire à leur arrivée à Vienne, où se trouve le siège de l'organisation.

L'Irak et l'Iran, deuxième et troisième producteurs de l'Opep, ont dit qu'ils s'opposerait à une hausse des extractions au motif qu'elle serait à l'encontre des dispositions de l'apport d'encadrement qui prévoient sa prolongation jusqu'à la fin de l'année. Ces deux pays auraient du mal à augmenter leur production. L'Iran fait face à la menace de nouvelles sanctions américaines, tandis que l'Irak souffre de contraintes de production.

Deux sources au sein de l'Opep ont dit à Reuters que le Koweït et Oman, deux alliés de l'Arabie saoudite, étaient également opposés à de fortes augmentations immédiates.

Une des sources a indiqué que la proposition de Moscou et de Ryad d'une hausse de 1,5 million de bpj ne relevait que d'une "tactique" visant à persuader les autres pays d'accepter une augmentation de 500.000 à 700.000 bpj.

L'Arabie saoudite et ses alliés du Golfe ont la capacité d'augmenter leur production. La Russie a également déclaré qu'une limitation trop longue de l'offre pourrait encourager une hausse de la production aux Etats-Unis, qui ne sont pas partie à l'accord d'encadrement.

(Wilfrid Exbrayat, Catherine Mallebay-Vacqueur et Benoît Van Overstraeten pour le service français)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com