Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

L'heure a sonné pour Gordon Brown

L'heure a sonné pour Gordon Brown

par Sophie Walker et Katherine Baldwin

LONDRES (Reuters) - Après treize longues années passées dans l'ombre de Tony Blair, Gordon Brown accède ce mercredi au poste de Premier ministre du gouvernement britannique.

Mais l'homme qui conduit la politique économique du Royaume-Uni depuis le triomphe électoral du Parti travailliste de 1997 hérite d'une situation délicate, qu'explique largement l'intervention militaire en Irak désavouée par une majorité de l'opinion publique.

Il va devoir également s'attacher à reconquérir l'électorat s'il veut reconduire la majorité parlementaire du Labour lors des prochaines législatives face à une opposition conservatrice renaissante en tête des sondages depuis l'automne dernier.

Le nouveau chef du gouvernement, qui est âgé de 56 ans, doit aussi marquer son autorité et tourner la page du "blairisme", ce qui est loin d'être une sinécure: mardi, alors que son arrivée à la tête du gouvernement aurait pu le propulser en ouverture des journaux, c'est la probable nomination de Blair au rang d'émissaire du Quartet des médiateurs internationaux au Proche-Orient qui a dominé l'actualité.

"L'IRAK EST TOUJOURS AU SOMMET DE LA PILE DES DOSSIERS"

Brown, investi dimanche par le Labour, a promis de rénover le parti et de tirer les leçons de la guerre en Irak. Il a annoncé que la santé, l'éducation et la lutte contre la pauvreté chez les enfants seraient ses priorités. Il va lui falloir également argumenter pour rejeter le référendum que l'opposition réclame depuis l'accord sur le traité institutionnel européen survenue samedi à Bruxelles.

L'enquête ouverte aux Etats-Unis sur les soupçons de corruption qui planent autour de contrats remportés par la firme britannique de défense BAE Systems en Arabie saoudite est également porteuse de difficultés diplomatiques entre Londres et Washington.

La "relation spéciale" avec les Etats-Unis devrait dominer les premiers temps du gouvernement Brown.

"L'Irak est toujours au sommet de la pile des dossiers qui attendent Brown et il est très difficile de voir comment la situation pourrait être retournée", estime David Mepham, de l'Institute for Public Policy Research. "Il doit être plus autoritaire face à l'Amérique et affirmer que des discussions plus sérieuses avec l'Iran et la Syrie sont nécessaires", ajoute-t-il.

MERCREDI, 13H00

Selon le programme officiel de la transition - le Bye Bye Blair ou BBB, éclos sur internet -, Tony Blair participera à midi heure anglaise (11h00 GMT) à une ultime séance hebdomadaire de questions-réponses à Westminster. Il regagnera ensuite le 10, Downing Street pour prendre un verre avec ses collaborateurs.

A 13h00, il se rendra au Palais de Buckingham pour remettre sa démission à la reine Elizabeth, marquant le terme de dix années de pouvoir.

C'est en début d'après-midi que la reine recevra Gordon Brown pour lui confier la tâche de former un nouveau gouvernement. Ce dernier prendra alors ses quartiers au 10, Downing Street et celui qu'on a souvent surnommé le "Premier ministre bis" sera alors seul aux commandes du gouvernement.

Il devrait dévoiler jeudi la composition de son cabinet, qui devrait compter des nouveaux venus et des figures connues des années Blair comme l'ancien ministre des Affaires étrangères Jack Straw, ou le ministre du commerce et de l'industrie Alistair Darling, pressenti aux Finances.

"NOUS APPRENDRONS CE QUE NOUS DEVONS APPRENDRE"

Devant les délégués travaillistes qui l'ont officiellement investi dimanche à Manchester, Brown a promis un nouveau style de gouvernement, plus ouvert à d'autres sensibilités politiques.

Même si ses premières approches ont échoué - Paddy Ashdown, ancien chef de file des Libéraux démocrates, a décliné une proposition ministérielle -, Brown devrait poursuivre sur cette voie de l'ouverture, au moins pour former des majorités parlementaires dépassant le cadre partisan sur des questions cruciales comme l'environnement ou les droits du parlement.

Sur le plan économique, il a promis de prendre des décisions à long terme qui assureraient la stabilité, et a fait de la politique de santé sa priorité.

Il a aussi déclaré qu'il n'y aurait pas de retrait rapide des troupes britanniques en Irak, que réclament de nombreux travaillistes, et s'est engagé à construire "la plus forte approche multilatérale" sur les questions de sécurité.

"Nous remplirons nos engagements internationaux, nous apprendrons ce que nous devons apprendre", a-t-il affirmé.

L'entourage du futur ex-chancelier espère que le style plus austère de Brown lui gagnera le soutien d'anciens électeurs travaillistes déçus par ce qu'un parlementaire du Labour a appelé le style "strass et paillettes" de Blair.

Ces dix années de l'histoire du Labour ont en effet été dominées par la rivalité parfois vive entre le charismatique Tony Blair, à la tête du parti depuis 1994, et Gordon Brown, plus cérébral mais tout aussi ambitieux.


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !