L'Europe attendue sans grand changement avant l'emploi US

L'Europe attendue sans grand changement avant l'emploi US
L'Europe attendue sans grand changement avant l'emploi US
Crédit photo © Reuters

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont attendues sans grand changement vendredi à l'ouverture dans l'attente des chiffres mensuels de l'emploi américain, au lendemain d'un regain d'aversion au risque provoqué par la peur d'une accélération du resserrement monétaire aux Etats-Unis.

D'après les contrats à terme, le CAC 40 parisien pourrait perdre 0,1% à l'ouverture, le Dax à Francfort prendrait 0,02% et le FTSE à Londres reculerait de 0,03%.

Mercredi, les indices boursiers européens ont fini dans le rouge en réaction au ton plus restrictif que prévu adopté par la Réserve fédérale (Fed) dans le compte rendu de sa dernière réunion. La banque centrale a effet débattu en décembre d'un relèvement anticipé de ses taux d'intérêt et de la réduction de son bilan en raison de la solidité de la reprise et de la flambée de l'inflation.

James Bullard, le président de la Fed de Saint-Louis, a déclaré jeudi que l'institution pourrait relever ses taux dès le mois de mars et qu'elle était désormais en "bonne position" pour prendre des mesures encore plus agressives contre l'inflation si nécessaire.

L'attention des investisseurs est désormais portée sur les chiffres mensuels des créations d'emplois aux États-Unis en décembre, publiés à 13h30. Le consensus Reuters prévoit 400.000 postes non-agricoles créés, contre 210.000 en novembre, et un taux de chômage en baisse à 4,1%.

"Si le chiffre publié [des créations d'emplois] est très élevé, la Fed aura un argument supplémentaire pour maintenir sa rhétorique 'faucon', ce qui soutiendra davantage la probabilité d'une hausse de taux en mars", ont déclaré les analystes de NatWest dans une note.

Dans la zone euro, c'est la première estimation de l'inflation en décembre qui animera la matinée (à 10h00 GMT). Elle pourrait marquer un léger ralentissement en rythme annuel, à 4,7% contre 4,9% en novembre. Le marché prendra également connaissance au même moment des chiffres mensuels des ventes au détail.

LES VALEURS A SUIVRE :

A WALL STREET

La Bourse de New York a terminé en baisse modérée jeudi au terme d'une séance particulièrement volatile, au lendemain de sa forte chute provoquée par la crainte d'un resserrement plus rapide que prévu de la politique monétaire de la Réserve fédérale.

L'indice Dow Jones a cédé 0,47% à 36.236,47 points, le S&P-500 a perdu 0,10% à 4.696,06 points et le Nasdaq Composite a reculé de 0,13% à 15.080,87 points.

Les contrats à terme indiquent pour le moment une ouverture en légère hausse.

EN ASIE

A la Bourse de Tokyo, le Nikkei a cédé 0,03%, effaçant les gains réalisés en début de séance, avant la publication du rapport officiel sur l'emploi aux États-Unis et un week-end de trois jours au Japon.

Les Bourses en Chine ont fini dans le désordre en hausse mais sur de faibles écarts: l'indice CSI300 a pris 0,09% tandis que le SSE Composite de Shanghai a reculé de 0,18%.

TAUX

Le rendement des Treasuries à dix ans est quasiment stable à 1,7266% dans les échanges en Asie, après avoir inscrit jeudi un pic en plus de neuf mois à 1,753% sur fond d'anticipations de resserrement de la politique monétaire de la Fed.

Son équivalent allemand gagne un point de base à -0,055% dans les premiers échanges.

CHANGES

Le dollar recule légèrement face à un panier de devises de référence après avoir progressé de 0,15% la veille, dans le sillage des "minutes" de la Fed et du regain d'aversion au risque.

L'euro grappille 0,09%, autour de 1,13 dollar.

Du côté des cryptomonnaies, le bitcoin continue de reculer pour atteindre un creux depuis fin septembre à 40,938,98 dollars.

PÉTROLE

Les cours du pétrole sont en hausse alors qu'une contestation sociale au Kazakhstan alimente la crainte d'une interruption de l'approvisionnement en brut de ce pays membre de l'Opep+, au moment même où la production baisse en Libye.

Le baril de Brent gagne 0,66% à 82,53 dollars et celui de brut léger américain prend 0,68% à 80 dollars.

(édité par Blandine Hénault)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !