L'Europe a commis une erreur en se retirant des contrats gaziers à long terme, selon Poutine

L'Europe a commis une erreur en se retirant des contrats gaziers à long terme, selon Poutine
L'Europe a commis une erreur en se retirant des contrats gaziers à long terme, selon Poutine
Crédit photo © Reuters

MOSCOU (Reuters) - L'Europe a commis une erreur en réduisant la part des contrats à long terme sur le gaz naturel et en privilégiant des achats sur le marché spot où les prix ont récemment flambé, a déclaré mercredi le président russe Vladimir Poutine.

Avant ces propos, un porte-parole du Kremlin, avait assuré que la Russie n'était pas responsable de la hausse record des prix du gaz qui résulte, selon Moscou, d'une reprise de la demande, de faibles stocks et d'une baisse de l'offre sur le marché spot.

Le contrat à terme néerlandais sur le gaz de gros livré en novembre, référence pour le marché européen, a été multiplié par près de huit depuis le début de l'année. Dans la matinée, il s'échangeait autour de 150 euros par mégawattheure (MWh), un niveau inédit, avant de réduire ses gains à 107,50 euros vers 14h30 GMT.

S'exprimant lors d'une réunion gouvernementale retransmise à la télévision, Vladimir Poutine a déclaré: "La pratique de nos partenaires européens a confirmé une fois de plus qu'ils ont commis des erreurs."

"Nous avons discuté des précédents contrats de la Commission européenne et toute son attention était focalisée sur la suppression des contrats à long terme", a-t-il ajouté.

"Le but était une transition vers le marché spot du gaz. Et il devient évident aujourd'hui que ce choix était une erreur", a poursuivi Vladimir Poutine.

Le groupe gazier russe Gazprom a longtemps préféré les contrats à long terme sur le gaz pour ses clients en Europe. Ces contrats peuvent porter sur des durées d'environ 25 ans.

S'exprimant lors d'une conférence téléphonique, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré pour sa part qu'"il n'y a absolument aucun rôle de la Russie sur ce qui se passe sur le marché du gaz".

"Il y a plusieurs explications (au sujet de la crise du gaz): la manière dont l'économie se redresse, le fait que la demande pour les ressources énergétiques augmente, ainsi que le fait que les stocks de gaz n'ont pas été reconstitués", a-t-il dit.

Dmitri Peskov a réaffirmé que Moscou était prêt à discuter de nouveaux contrats à long terme pour la vente de gaz aux clients européens. Il a ajouté que Gazprom respectait toutes ses obligations.

"A ma connaissance, Gazprom est en contact permanent avec ses clients en Europe, toutes les demandes d'approvisionnement supplémentaires autorisées sont satisfaites par Gazprom", a-t-il déclaré.

(Reportage Gleb Stolyarov; rédigé par Vladimir Soldatkin; version française Claude Chendjou, édité par Blandine Hénault et Jean-Michel Bélot)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !