»
»
»
Consultation

L'euro remonte, les actions calent, le pétrole baisse

L'euro remonte, les actions calent, le pétrole baisse

Crédit photo © Reuters

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes évoluent en légère baisse à mi-séance lundi sur fond de remontée de l'euro et de repli des cours du pétrole, mais Wall Street est attendue dans le vert grâce entre autres aux espoirs de détente des relations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

À Paris, le CAC 40 perd 0,28% à 5.526,67 points vers 10h45 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,4% et à Londres, le FTSE 100 recule de 0,25%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en baisse de 0,23%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,23% et le Stoxx 600 de 0,29%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en progression de 0,25% à 0,3%.

L'indice MSCI mondial, qui regroupe 47 marchés développés et émergents, affiche un gain de 0,1% et évolue au plus haut depuis le 19 mars.

En Asie, l'indice CSI 300 des plus grosses capitalisations chinoises a fini sur une progression de 0,94% après les déclarations jugées rassurantes de Donald Trump sur le géant des hautes technologies ZTE, dont la survie même semblait menacée par des sanctions américaines.

Ce changement de ton inattendu sur l'un des dossiers chauds des dernières semaines entretient l'espoir de concessions de Washington sur celui des sanctions contre l'Iran.

"Les virages politiques à 180o sont loin d'être inhabituels, tout comme les annonces politiques sur Twitter. Cependant, les sanctions contre ZTE avaient des motivations juridiques, pas politiques", estime Paul Donovan, chef économiste d'UBS. "On peut désormais s'interroger sur la cohérence de la politique de sanctions envers l'Iran."

VILLEROY ALIMENTE LES SPÉCULATIONS SUR LA BCE

En Europe, la vigueur retrouvée de l'euro prive les marchés d'actions d'un soutien qui a permis au Stoxx 600 de gagner 1,39% la semaine dernière, sa septième performance hebdomadaire positive d'affilée: la monnaie unique se traite autour de 1,1981 dollar, en hausse de 0,33% face au billet vert, alors qu'il était tombé à 1,1821 la semaine dernière.

Sur le marché des emprunts d'Etat, le rendement du Bund à dix ans, référence pour la zone euro, prend près de trois points de base et repasse 0,6% pour la première fois depuis le 26 avril.

Il profite entre autres des déclarations de François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, sur la probable remontée de l'inflation dans les prochains mois et sur la possibilité que la Banque centrale européenne (BCE) donne des indications supplémentaires sur le calendrier du resserrement à venir de sa politique monétaire.

Le principal indicateur des anticipations d'inflation sur les marchés européens a atteint 1,7192%, son plus haut niveau depuis deux mois et demi.

Les déclarations du gouverneur de la Banque de France l'emportent sur les nouveaux signes de ralentissement de la dynamique économique dans la zone euro: la Banque de France a dit prévoir une croissance de 0,3% seulement au deuxième trimestre en France et l'OCDE évoque de son côté un infléchissement de la croissance dans l'ensemble de la région.

La devise américaine recule aussi face aux autres grandes devises et l'indice dollar accuse un repli de 0,22%.

AIRBUS RECULE, SON DIRECTEUR FINANCIER VA PARTIR

Autre sujet surveillé de près par les investisseurs: l'évolution de la situation politique en Italie, où le président Sergio Mattarella doit recevoir dans l'après-midi les représentants du Mouvement 5 étoiles (M5S) et de la Ligue, qui cherchent à former un gouvernement de coalition.

La réaction des marchés face à cette perspective reste mesurée en dépit de la tonalité eurosceptique des discours et des programmes des deux partis: si la Bourse de Milan recule de 0,67%, le rendement des BTP à dix ans, à 1,909%, ne monte pas plus que celui du Bund.

Côté actions, le secteur des services financiers (-0,99%) et celui des hautes technologies (-0,84%) accusent les replis les plus marqués, alors que celui de la santé se distingue avec un gain de 0,62%.

La cote est par ailleurs animée par l'actualité des fusions-acquisitions: le britannique IWG, spécialiste de la location de bureaux aux entreprises, bondit de 22,14% après avoir annoncé avoir reçu trois offres de rachat.

La compagnie d'électricité EDP, première capitalisation du Portugal, prend quant à elle 9,32% après l'offre du groupe chinois China Three Gorges (CTG) sur les 77% du capital qu'il ne possède pas encore.

A la baisse, Airbus cède 2,19% en réaction à l'annonce du départ l'an prochain de son directeur financier, nouvelle étape du remaniement de l'équipe dirigeante, et ABN Amro abandonne 5,31% après ses résultats trimestriels, qui intègrent d'importantes dépréciations.

Le pétrole, lui, abandonne quelques fractions après les plus hauts de près de trois an et demi touchés la semaine dernière.

(Édité par Patrick Vignal)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com