»
»
»
Consultation

L'Etat demande la fermeture de l'abattoir de Boischaut

L'Etat demande la fermeture de l'abattoir de Boischaut
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, a demandé samedi au préfet de l'Indre de suspendre "immédiatement, à titre conservatoire" l'activité de l'abattoir communal de Boischaut après la diffusion par une association de défense des animaux d'une vidéo faisant état de maltraitance animale.

"Le bilan des inspections spécifiques à la protection des animaux conduites en 2016 dans tous les abattoirs de boucherie français avait montré que certains progrès restaient à faire en France notamment sur les procédures de contrôle interne", peut-on lire dans le communiqué.

"Les images diffusées témoignent (...) selon le ministre, de la nécessité d'accélérer encore les travaux sur la formation des personnels et sur leur encadrement par des responsables de la protection animale."

"Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, Didier Guillaume, rappelle que la lutte contre la maltraitance animale reste plus que jamais un sujet prioritaire du gouvernement et engage à la plus grande fermeté face à des actes inexcusables", précise le communiqué.

Le ministre a demandé à la Brigade nationale d'enquête vétérinaire d'ouvrir une enquête administrative. Des décisions "appropriées" seront prises sur la base de ces conclusions.

L'association pour la défense des animaux L214 a diffusé samedi des images provenant d'une vidéo de surveillance de l'abattoir communal de Boischaut où, selon elle, on peut constater de "nombreuses violations de la loi encadrant les conditions de mise à mort des animaux".

DÉCOUPÉS VIVANTS

On y voit des animaux, déjà suspendus par une patte, saignés alors qu'ils "sont pleinement sensibles et conscients". "Aucun contrôle de sensibilité n'est effectué après l'utilisation du matador (pistolet à tige perforante) censé étourdir les animaux", écrit l'association dans un communiqué. "Des bovins commencent à être découpés alors qu'ils sont encore vivants."

Elle dit également constater des manquements concernant les règles sanitaires. Les images montrent un employé chargé de saigner les animaux vêtu d'un "simple t-shirt", sans équipement professionnel. Par ailleurs, "une fois assommés, les bovins tombent dans le sang et les excréments des animaux abattus avant eux".

La vidéo a été publiée en ligne et est commentée par la chanteuse Samaha du groupe Shaka Ponk.

L'association dit avoir porté plainte auprès du procureur de Châteauroux pour maltraitance et sévices graves. Elle réclame la fermeture immédiate de l'établissement et demande à Système U et Carrefour, qui commercialisent de la viande issue de cet abattoir, de cesser immédiatement de s'approvisionner auprès de celui-ci.

Elle dénonce par ailleurs "les carences des services vétérinaires qui permettent la persistance de ces actes". Une inspection menée en 2016 avait en effet, selon elle, relevé des points de non-conformité majeurs à la réglementation en vigueur dans cet établissement, rapport "visiblement resté sans effets concrets".

Le ministre de l'Agriculture précise que la loi agriculture et alimentation, dite "Egalim", promulguée le 2 novembre créé un nouveau délit de maltraitance en abattoir et en conséquence accentue les sanctions auxquelles s'expose tout professionnel qui ne respecterait pas ses obligations vis-à-vis de la protection animale.

(Caroline Pailliez, édité par Eric Faye)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com