»
»
»
Consultation

L'escalade commerciale USA-Chine nourrit l'aversion au risque

L'escalade commerciale USA-Chine nourrit l'aversion au risque
Crédit photo © Reuters

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes reculent nettement en début de séance mardi, la nouvelle manche du bras de fer commercial entre Washington et Pékin ayant déclenché un vif regain d'aversion pour le risque, avec à la clé d'importants dégagements sur les actions asiatiques et un recul des rendements obligataires.

À Paris, le CAC 40 perd 1,12% à 5.389,42 points vers 07h45 GMT. À Francfort, le Dax cède 1,53% et à Londres, le FTSE 100 recule de 0,68%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en baisse de 1,01%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 1,26% et le Stoxx 600 de 1%.

Trois jours après avoir imposé des droits de douane de 25% sur 50 milliards de dollars d'importations en provenance de Chine, le président américain, Donald Trump, a menacé lundi d'imposer des droits de 10% sur 200 milliards de produits chinois supplémentaires. Comme vendredi, Pékin a réagi immédiatement, en accusant Washington de "chantage" et en menaçant de prendre à son tour des mesures "quantitatives" et "qualitatives".

Cette nouvelle escalade verbale a eu pour principal effet un net repli des marchés boursiers asiatiques: Tokyo a fini en baisse de 1,77% et en Chine, l'indice SSE Composite de Shanghai cédait 3,82% en clôture, terminant sous la barre des 3.000 points pour la première fois depuis la mi-2016.

"Si les Etats-Unis imposent des droits de douane sur 150 milliards de dollars d'exportations chinoises et si le conflit commercial en cours entre les Etats-Unis et les autres grandes économies s'étend au-delà de l'acier et de l'aluminium pour concerner des produits tels que l'automobile, l'impact global sur la croissance du PIB chinois d'un ralentissement du commerce mondial en général et des exportations chinoises en particulier pourrait atteindre 0,3 à 0,5 point sur la première année", estiment les économistes d'UBS.

Ils ajoutent qu'une taxation éventuelle des importations agricoles aurait aussi pour effet de doper l'inflation chinoise.

AUTOMOBILE, TECHS ET MATIÈRES PREMIÈRES SOUFFRENT

L'indice MSCI des valeurs d'Asie-Pacifique hors Japon cède 1,86%, au plus bas depuis la mi-décembre, et celui des marchés émergents (-1,80%) évolue à son plus bas niveau depuis début octobre.

Autre baisse marquée: celle des cours des matières premières, comme le cuivre (-1,37%), le nickel (-0,90%) ou encore le soja (-2,48%).

En Europe, les secteurs les plus exposées à la montée des barrières commerciales accusent les replis les plus marqués: le compartiment des matières premières recule de 1,95%, celui des hautes technologies de 1,9%, celui de l'automobile de 1,6%.

A Paris, les 40 valeurs du CAC évoluent dans le rouge, les reculs les plus marqués étant pour le fabricant de semi-conducteurs STMicroelectronics (-3,12%) et le sidérurgiste ArcelorMittal (-2,56%).

Parmi les rares valeurs en hausse au sein du SBF 120, Air France-KLM gagne 2,31% après la suspension par l'intersyndicale de la filiale Air France de l'appel à la grève du 23 au 26 juin.

Nexity avance aussi de 2,2% après avoir présenté ses objectifs financiers à l'horizon 2021 à l'occasion d'une journée investisseurs.

Sur le marché des changes, le dollar est en légère hausse face à un panier de devises de référence mais cède 0,68% face au yen, la devise japonaise profitant de son statut de valeur refuge. L'euro se replie sous 1,1590 dollar.

Le yuan chinois, lui, est au plus bas depuis la mi-janvier.

L'inquiétude suscitée par la multiplication des signes de tension entre les deux premières économies mondiales favorise logiquement le repli sur les emprunts d'Etat: le rendement des bons du Trésor américain à dix ans, à 2,8657%, est au plus bas depuis le 1er juin, tout comme son équivalent allemand, tombé à 0,354%.

L'or, lui, est l'une des rares matières premières en hausse, à 1.280 dollars l'once.

Les investisseurs suivront à partir de 08h00 GMT le discours que Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE), doit prononcer au Forum de la BCE à Sintra, au Portugal, même s'il est peu probable qu'il profite de l'occasion pour surprendre le marché, moins d'une semaine après la réunion de politique monétaire de l'institution.

Le marché pétrolier est en net repli, le Brent et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) abandonnant autour de 0,8%. Les tensions commerciales s'ajoutent aux spéculations sur une possible augmentation de la production des pays de l'"Opep+", le groupe informel formé par le cartel et plusieurs de ses alliés dont la Russie, qui se réunit vendredi à Vienne.

(Édité par Blandine Hénault)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com