Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

L'entraîneur de Bordeaux, Willy Sagnol, accusé de racisme

L'entraîneur de Bordeaux, Willy Sagnol, accusé de racisme
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Le Parti socialiste et SOS Racisme appellent la Fédération française de football (FFF) à sanctionner l'entraineur de Bordeaux, Willy Sagnol, en raison de propos sur le profil des joueurs africains.

Lors d'un entretien filmé, lundi, au quotidien Sud-Ouest, le coach bordelais soulignait l'importance pour les clubs français du réservoir africain, tout en estimant qu'il fallait aussi des Nordiques.

"L'avantage du joueur typique africain, c'est qu'il est pas cher quand on le prend, c'est un joueur qui est prêt au combat généralement, qu'on peut qualifier de puissant sur un terrain", disait-il. "Mais le foot, ce n'est pas que ça. Le foot c'est aussi de la technique, de l'intelligence, de la discipline, il faut de tout."

Dans un communiqué, le PS condamne ces propos "avec la plus grande fermeté". "Il doit être sanctionné par la Fédération française de football et, s'il s'agit là d'une 'maladresse' comme l'a déclaré Noël Le Graët, président de la FFF, s'expliquer et présenter des excuses publiques", écrit-il.

Une demande également formulée par SOS Racisme, qui se dit outrée par l'attitude du club de Bordeaux cherchant à minimiser les propos de l'entraîneur.

"Comment ces instances comptent-elles être crédibles dans la lutte contre le racisme dans le foot si des sanctions ne sont pas prises lorsque de tels propos sont tenus par des personnalités et non des anonymes ?", écrit l'association dans un communiqué.

Dans une tribune au Monde, mercredi, Pape Diouf, ancien président de l'Olympique de Marseille, exhorte les joueurs africains, ou africains d'origine à ne plus "courber l'échine" et à boycotter une prochaine journée de Ligue 1. "Il est illusoire d'attendre du 'clergé' du football une réaction à la mesure de ce qu'il convient bien d'appeler une insulte subie par une frange importante de ceux qui font aussi la compétition en France", écrit-il.

(Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2021 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !