Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

L'Arménie se dit prête à discuter avec l'OSCE pour rétablir un cessez-le-feu au Haut-Karabakh

L'Arménie se dit prête à discuter avec l'OSCE pour rétablir un cessez-le-feu au Haut-Karabakh
Crédit photo © Reuters

EREVAN (Reuters) - L'Arménie est prête à discuter avec l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) pour rétablir un cessez-le-feu dans l'enclave du Haut-Karabakh, annonce vendredi le ministère arménien des Affaires étrangères.

Gelé depuis des années, le conflit entre les forces azerbaïdjanaises et les séparatistes arméniens du Haut-Karabakh a repris dimanche dernier.

La France, les Etats-Unis et la Russie, qui co-président le Groupe de Minsk mis en place après le conflit de 1991, ont lancé jeudi un appel à la cessation immédiate des hostilités et exhorté les dirigeants de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan à s’engager sans délai à "reprendre les négociations de fond, de bonne foi et sans conditions préalables, sous l’égide des co-présidents du groupe de Minsk de l’OSCE".

La Turquie, soutien de l'Azerbaïdjan, a rejeté cette initiative.

"Etant donné que les Etats-Unis, la Russie et la France ont négligé ce problème pendant près de 30 ans, il est inacceptable qu'ils s'impliquent dans la recherche d'un cessez-le-feu", a déclaré jeudi le président turc Recep Tayyip Erdogan, ajoutant que le seul moyen de parvenir à un cessez-le-feu durable dans l'enclave passe par le retrait des "occupants arméniens".

Erevan, qui dénonce "l'implication directe" de la Turquie dans les hostilités contre l'Arménie et le Haut-Karabakh, s'est félicité au contraire du communiqué des co-présidents du Groupe de Minsk.

"L'Arménie demeure engagée sur la voie d'un règlement pacifique du conflit au Haut-Karabakh. Même si nous continuerons de répondre avec force et détermination à cette agression contre le Haut-Karabakh, nous nous tenons prêts à engager le dialogue avec les pays co-présidents du Groupe de Minsk pour rétablir un régime de cessez-le-feu sur la base des accords de 1994-1995", ajoute le ministère des Affaires étrangères dans le communiqué diffusé vendredi matin.

(Nvard Hovhannisyan; version française Henri-Pierre André, édité par Jean-Stéphane Brosse)


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !