»
»
»
Consultation

L'armée syrienne se déploie aux abords de Manbij

L'armée syrienne se déploie aux abords de Manbij
Crédit photo © Reuters

BEYROUTH (Reuters) - L'armée syrienne a pris position vendredi aux abords de Manbij, après l'appel en ce sens des miliciens kurdes syriens des Unités de protection du peuple (YPG), qui craignent une offensive turque dans le nord de la Syrie.

Les troupes du régime de Damas n'ont pas pénétré à l'intérieur de la ville, où des conseillers militaires américains opèrent et disposent d'une base, ont rapporté un habitant et l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Selon l'OSDH, les forces syriennes se sont déployées en lisière de Manbij, faisant ainsi tampon entre la ville et les zones sous influence turque.

Manbij, que les rebelles soutenus par les Etats-Unis ont pris en 2016 aux djihadistes de l'Etat islamique, est tenue par une milice locale alliée aux YPG.

Un responsable américain, s'exprimant sous l'anonymat, a déclaré à Reuters que les militaires américains conservaient leurs positions dans Manbij et que plusieurs dizaines d'entre eux y étaient toujours présents. Ce responsable dit ne pas avoir vu de militaires syriens dans la ville mais plutôt dans les faubourgs.

De son côté, les rebelles appuyés par les Turcs ont annoncé que leurs combattants ainsi que des militaires turcs avaient commencé à faire marche vers le front de Manbij, afin de montrer qu'ils sont "totalement prêts à entamer les opérations militaires". Des convois de rebelles pro-turcs, équipés de véhicules blindés et de mitrailleuses, ont été vus par un témoin se dirigeant vers la ligne de front.

La Turquie a menacé de lancer une offensive contre Manbij pour en chasser les miliciens kurdes des YPG, qu'elle considère comme un groupe terroriste. Mais le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré vendredi qu'Ankara n'aurait plus de raison d'intervenir à Manbij une fois que les "organisations terroristes" auraient quitté la ville.

"Dans la situation actuelle, nous continuons de soutenir l'intégrité du territoire syrien. Ces zones appartiennent à la Syrie. Une fois que les organisations terroristes auront quitté la zone, nous n'aurons plus rien à faire là-bas", a-t-il dit à la presse après les prières du vendredi à Istanbul.

Erdogan, qui a juré d'écraser les YPG, a indiqué que des responsables turcs se rendraient samedi à Moscou pour des discussions sur la Syrie.

La récente décision de Donald Trump de retirer la totalité des 2.000 militaires américains présents sur le sol syrien a inquiété les combattants kurdes, qui luttent depuis des années contre les djihadistes de l'Etat islamique.

Les forces gouvernementales syriennes promettent dans un communiqué de "garantir la sécurité de tous les citoyens syriens présents (à Manbij) et de tous ceux qui s'y trouvent".

Les YPG les avaient auparavant invitées à prendre position dans cette localité du nord de la Syrie située à une trentaine de kilomètres à l'ouest de l'Euphrate, où des conseillers militaires américains se sont établis cette année.

La milice YPG, qu'Ankara considère comme un mouvement terroriste étroitement lié au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), assure que ses membres ont quitté la ville pour aller combattre les djihadistes de l'Etat islamique dans l'est du pays.

(Ellen Francis et Ece Toksabay, Jean-Philippe Lefief et Eric Faye pour le service français)


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com