»
»
»
Consultation

L'année 2018, la quatrième plus chaude sur Terre selon Copernicus

L'année 2018, la quatrième plus chaude sur Terre selon Copernicus
Crédit photo © Reuters

par Alister Doyle

OSLO (Reuters) - L'année 2018 a été la quatrième la plus chaude enregistrée sur Terre alors que la concentration des gaz à effet de serre d'origine humaine continue à augmenter, a rapporté lundi le programme européen de surveillance de la planète Copernicus.

La température moyenne de l'air à la surface de la Terre a atteint 14,7 degrés Celsius l'an dernier, soit 0,2 degré de moins qu'en 2016, l'année la plus chaude répertoriée à ce jour, marquée par le phénomène El Niño dans l'océan Pacifique.

"Des évènements climatiques dramatiques comme l'été chaud et sec dans une grande partie de l'Europe et la hausse de la température autour de l'Arctique sont des signes inquiétants pour nous tous", commente le responsable du programme Copernicus, Jean-Noël Thépaut, dans un communiqué.

Selon le rapport de Copernicus, la concentration de dioxyde de carbone (CO²) dans l'atmosphère terrestre a atteint un nouveau record en 2018, à 406,7 parts par million (ppm), contre 404,1 en 2017.

Les quatre dernières années sont les plus chaudes jamais enregistrées sur la planète depuis que les premières mesures scientifiques ont été faites à la fin du XIXème siècle, notent les experts du programme mis en place par l'Agence spatiale européenne (ESA) et l'Agence européenne pour l'environnement.

La température moyenne mondiale des cinq dernières années a été de 1,1°C supérieure à celle d'avant la révolution industrielle, selon le rapport de Copernicus. Cela la rapproche déjà sensiblement du seuil de 1,5°C, auquel les signataires de l'Accord de Paris, conclu en 2015, se sont engagés à tendre au XXIe siècle.

L'Accord de Paris vise à maintenir le réchauffement global en dessous de 2°C et invite les signataires à tendre le plus possible vers un objectif de 1,5°.

Même si près de 200 pays sont parvenus à se mettre d'accord le mois dernier sur des règles de mise en oeuvre de l'Accord de Paris certains jugent ce compromis insuffisant pour lutter contre les effets du dérèglement climatique, responsable de nombreuses catastrophes actuelles et à venir.

L'Organisation météorologique mondiale (OMM) avait elle aussi prévenu en novembre qu'après un début d'année très froid, 2018 s'annonçait comme la quatrième année la plus chaude de l'Histoire.

(Tangi Salaün et Eric Faye pour le service français)


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com