L'Allemagne renonce à son projet de réserves stratégiques de charbon

L'Allemagne renonce à son projet de réserves stratégiques de charbon
L'Allemagne renonce à son projet de réserves stratégiques de charbon
Crédit photo © Reuters

par Markus Wacket

BERLIN (Reuters) - L'Allemagne a renoncé à son projet de constituer des réserves nationales stratégiques de charbon, ont indiqué mardi à Reuters des sources industrielles et gouvernementales, alors que l'invasion de l'Ukraine par les forces russes a poussé Berlin à revoir sa stratégie énergétique.

Ce projet, dévoilé par le ministre allemand de l'Economie Robert Habeck après le début de l'offensive de la Russie le 24 février, n'est plus une priorité pour le ministère allemand de l'Economie qui a procédé à des consultations sur le sujet, ont ajouté ces sources.

Ces sources ont expliqué que l'Allemagne, le plus gros importateur de charbon au sein de l'Union européenne, pourrait suffisamment s'approvisionner en charbon sur le marché mondial même en cas d'embargo sur les importations en provenance de Russie.

Ce projet risquait en outre de faire encore plus grimper les prix de l'énergie.

Selon des sources gouvernementales, il visait à constituer des réserves pour garantir l'approvisionnement de l'Allemagne en charbon pendant 90 jours.

Ces dernières années, les approvisionnements russes couvraient plus de la moitié des besoins du pays en charbon.

Mais depuis que Berlin s'efforce à réduire sa dépendance énergétique de la Russie, ces approvisionnements représentent désormais moins de 10%, sans que cela n'affecte pour autant les centrales énergétiques allemandes.

Fin avril, un document gouvernemental, que Reuters a pu consulter, avait déjà remis en cause la pertinence du projet de réserves stratégiques.

Le ministère de l'Economie "doit réévaluer la mise en place de réserves stratégiques de charbon en raison de l'embargo qui a été décidé sur le charbon", peut-on lire dans le document.

L'Allemagne ne produit plus de charbon sur son sol et en a importé l'an dernier quelque 32 millions de tonnes.

(Reportage Markus Wacket, version française Matthieu Protard, édité par Sophie Louet et Nicolas Delame)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !