L'Allemagne augmente sa capacité d'importation de GNL pour remplacer le gaz russe

L'Allemagne augmente sa capacité d'importation de GNL pour remplacer le gaz russe
L'Allemagne augmente sa capacité d'importation de GNL pour remplacer le gaz russe
Crédit photo © Reuters

FRANCFORT (Reuters) - L'Allemagne a pris des mesures jeudi pour augmenter ses importations de gaz naturel liquéfié (GNL), afin de réduire sa dépendance à l'approvisionnement russe par gazoduc, en louant quatre unités flottantes de stockage et de regazéification (UFSR) et en choisissant le port de Wilhelmshaven, en mer du Nord, comme première plate-forme de manutention.

La demande d'UFSR a fortement augmenté, alors que les gouvernements européens s'efforcent de trouver des moyens rapides d'obtenir davantage de GNL. Ils constituent un élément clé de la stratégie de l'Allemagne, car il faudra du temps pour construire des terminaux GNL plus durables.

La plus grande économie d'Europe dépend actuellement du gaz russe pour près d'un tiers de son approvisionnement, des importations qui ont atteint 142 milliards de mètres cubes (mmc) en 2021. Berlin a déclaré qu'il faudrait potentiellement attendre l'été 2024 pour mettre fin à sa dépendance au gaz russe.

Jeudi, l'Allemagne s'est engagée à affréter deux UFSR par l'intermédiaire de la compagnie d'électricité Uniper et à conclure deux contrats de 10 ans avec l'opérateur de navires norvégiens Hoegh LNG. Ils devraient être opérationnels d'ici septembre ou octobre et seront exploités par le concurrent d'Uniper, RWE.

Le port en eau profonde de Wilhelmshaven, dans le nord du pays, sera le premier à recevoir du GNL par voie maritime au cours de l'hiver 2022-23, suivi de près par Brunsbüttel, dans le Schleswig-Holstein.

Le week-end dernier, le ministère de l'Économie a déclaré vouloir quatre UFSR pour accélérer la diversification de l'énergie du pays à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Le ministre de l'économie Robert Habeck a déclaré aux journalistes à Wilhelmshaven que les terminaux faisaient partie du plan "pour devenir indépendant du chantage de la Russie".

Le gouvernement a réservé 2,94 milliards d'euros pour les UFSR et prévoit d'adopter prochainement une loi pour accorder des permis pour l'infrastructure.

(Reportage Vera Eckert, Nora Buli et Reuters TV, version française Augustin Turpin, édité par Sophie Louet)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !