L'aide arrive avec difficultés dans la zone du séisme en Afghanistan

L'aide arrive avec difficultés dans la zone du séisme en Afghanistan
L'aide arrive avec difficultés dans la zone du séisme en Afghanistan
Crédit photo © Reuters

GAYAN, Afghanistan (Reuters) - L'aide a commencé à arriver jeudi dans une région reculée de l'Afghanistan où un séisme de 6,1, près de la frontière avec le Pakistan, a fait mercredi un millier de morts, mais les conditions d'accès difficiles entravent les efforts de secours dans un pays déjà aux prises avec une crise humanitaire.

"Nous ne pouvons pas atteindre la zone, les réseaux sont trop faibles, nous essayons d'obtenir des mises à jour", a déclaré à Reuters Mohammad Ismail Muawiyah, porte-parole du principal commandant militaire taliban dans la province de Paktika, la plus durement touchée, en faisant référence aux réseaux téléphoniques.

Le tremblement de terre a fait quelque 1.000 morts et 1.500 blessés, a-t-il précisé. Plus de 3.000 maisons ont été détruites.

Il s'agit du séisme le plus meurtrier en Afghanistan depuis 2002.

Environ 1.000 personnes avaient été secourues jeudi matin dans les différentes zones touchées par le tremblement, a déclaré à Reuters Sharafat Zaman, porte-parole du ministère de la Santé.

"L'aide est arrivée dans la région et elle se poursuit, mais il en faut davantage", a-t-il dit

A Gayan, ville proche de l'épicentre, la plupart des bâtiments ont été endommagés ou se sont complètement effondrés, ont pu constater les journalistes de Reuters.

L'opération de sauvetage sera un test majeur pour les taliban, qui se sont emparés du pouvoir en août dernier lors du retrait des forces internationales dirigées par les États-Unis après deux décennies de guerre.

La situation humanitaire s'est détériorée de façon alarmante en Afghanistan depuis le retour des taliban au pouvoir, le pays ayant été coupé d'une grande partie de l'aide internationale en raison des sanctions, tandis que l'économie s'est pratiquement effondrée et qu'une sécheresse a sapé la production agricole.

(Reportage Sayed Hassib à Gayan et Mohammad Yunus Yawar à Kaboul, avec la contribution d'Emma Farge à Genève, rédigé par Alasdair Pal; version française Diana Mandiá, édité par Kate Entringer)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !