Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Jean Castex invite à la patience pour les vaccinations

Jean Castex invite à la patience pour les vaccinations
Crédit photo © Reuters

par Jean-Philippe Lefief et Bertrand Boucey

PARIS (Reuters) - Jean Castex a invité jeudi les Français à la patience dans la campagne de vaccination contre le COVID-19, tout en se félicitant de constater une plus grande adhésion de la population.

Le chef du gouvernement, qui sera accompagné de plusieurs ministres, doit faire le point lors d'une conférence de presse en fin de journée sur les restrictions en vigueur en France pour tenter de freiner la propagation du coronavirus et sur la campagne de vaccination, dont la lenteur par rapport à la plupart des autres grands pays européens a été vivement critiquée.

Le gouvernement n'a eu de cesse de défendre sa stratégie consistant à réserver les premières doses disponibles aux populations les plus fragiles ou les plus exposées aux risques, à savoir les résidents d'Ehpad et le personnel soignant de plus de 50 ans.

Alors que près de 250.000 personnes avaient reçu à la date de mercredi soir une première dose de vaccin en France, il est possible dès ce jeudi pour les personnes de plus de 75 ans de prendre un rendez-vous, par téléphone ou sur internet, en vue d'une vaccination à partir de lundi, a fait savoir Matignon.

"Il faudra (...) être patient parce qu'évidemment, ça va susciter un rush, c'est tout à fait normal. Les rendez-vous vont s'étaler, c'est une très grosse opération inédite", a dit Jean Castex lors d'une visite au Centre hospitalier régional de Metz, en Moselle, l'un des 25 départements concernés par un couvre-feu à partir de 18h00, mesure dont le Premier ministre pourrait annoncer jeudi l'extension à l'ensemble du pays.

Sur Twitter, le ministre de la Santé Olivier Véran a pour sa part déclaré que les prises de rendez-vous seraient possibles "à l'échelle du pays" dès vendredi matin, sur internet et par téléphone, avec des "annonces pratiques en conférence de presse" jeudi soir.

Le site internet consacré à ces prises de rendez-vous connaissait jeudi matin un "problème de connexion", a dit une porte-parole du ministère de la Santé.

OBJECTIF D'UN MILLION DE TESTS PAR MOIS DANS LES ÉCOLES

Le gouvernement a aussi justifié la relative lenteur du démarrage de la campagne de vaccination en France par sa volonté d'obtenir le consentement des personnes vaccinées, un principe que Jean Castex a une nouvelle fois défendu lors de ce déplacement à Metz.

"Au-delà de l'aspect quantitatif (...) il y a la crédibilité de toute cette opération (...) c'est-à-dire nous assurer, nous garantir que les choses se font dans le plus grand sérieux", a-t-il déclaré, tout en disant vouloir "faire la chasse aux procédures inutiles".

"Il en va de l'adhésion de nos concitoyens à cette opération. Je constate avec satisfaction que, grâce à tout ce qui est mis en place, l'adhésion augmente et c'est une excellente chose pour notre pays."

Cette campagne de vaccination doit permettre aux autorités de remporter une course contre la montre avec un nouveau variant du coronavirus, détecté en Angleterre et plus contagieux, dont l'arrivée en France fait craindre une flambée des contaminations susceptible de saturer le système de santé.

Le conseil scientifique sur lequel s'appuie le gouvernement recommande cependant de ne pas fermer les écoles bien que, pour les adultes, le télétravail soit recommandé. Il préconise en revanche une surveillance accrue des établissements scolaires.

Lors du déplacement à Metz en compagnie de Jean Castex, Olivier Véran a annoncé avoir monté un protocole avec son homologue de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer pour tester un million d'enfants et d'enseignants par mois. L'âge à partir duquel les enfants peuvent être dépistés a été abaissé à six ans, a-t-il ajouté.

La France compte plus de 12 millions d'élèves et 866.000 enseignants, selon les données du ministère de l'Education.

(Jean-Philippe Lefief et Bertrand Boucey, avec Elizabeth Pineau, édité par Blandine Hénault et Jean-Michel Bélot)


click here for restriction
©2021 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !