Japon : Le nouveau PM Kishida convoque des législatives le 31 octobre

Japon : Le nouveau PM Kishida convoque des législatives le 31 octobre
Japon : Le nouveau PM Kishida convoque des législatives le 31 octobre
Crédit photo © Reuters

par Antoni Slodkowski, Sakura Murakami et Kiyoshi Takenaka

TOKYO (Reuters) - Le Premier ministre japonais Fumio Kishida a convoqué lundi des élections législatives le 31 octobre et s'est engagé à renforcer la réponse du pays face à la pandémie de COVID-19 après avoir été formellement investi par le Parlement dans sa nouvelle fonction.

L'ex-ministre des Affaires étrangères, âgé de 64 ans, a déclaré qu'il allait dissoudre le Parlement le 14 octobre et convoquerait des élections à la fin du mois, et non en novembre comme l'anticipaient les observateurs.

"Je veux m'assurer que nous mettons en oeuvre des contre-mesures contre le coronavirus et des politiques économiques audacieuses et à grande échelle. Pour ce faire, nous devons demander au peuple s'il me fait confiance, à moi, Kishida, pour mener à bien ces politiques", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

Bien que Fumio Kishida puisse compter sur l'état de grâce dont bénéficient généralement les nouveaux gouvernements, les analystes estiment qu'il ne veut pas perdre de temps étant donné l'ampleur des défis à relever face à la pandémie.

Fumio Kishida a déclaré qu'il envisageait un programme d'aide financière au titre du COVID-19, ajoutant qu'il avait également chargé des ministres d'élaborer une politique de vaccination, de renforcer le système de santé et de développer les dépistages pour contribuer à la reprise économique.

Le nombre de nouveaux cas de COVID-19 recensés à Tokyo lundi s'élevait à 87, un plus bas en près d'un an.

DANS LA LIGNÉE DE SES PRÉDÉCESSEURS

Réputé pour sa faculté à trouver des consensus, Fumio Kishida a été élu la semaine dernière à la tête du Parti libéral-démocrate (PLD), écartant trois rivaux pour succéder à Yoshihide Suga, dont la popularité était en berne et qui avait décidé de quitter son poste.

L'ex-chef de la diplomatie japonaise a dévoilé la composition de son gouvernement, dominé aux postes clés par des alliés de l'ancien premier ministre Shinzo Abe et de l'ex-ministre des finances Taro Aso.

Toutefois, 13 postes sur 20 postes ont été attribués à des novices, qui n'ont jamais exercé le pouvoir.

L'un des plus proches d'Abe, l'ancien ministre de l'Economie Akira Amari, est devenu le secrétaire général du parti majoritaire.

Les ministres des Affaires étrangères et de la Défense, respectivement Toshimitsu Motegi et Nobuo Kishi, ont conservé leurs postes, traduisant la volonté de Fumio Kishida de poursuivre la politique de ses prédécesseurs pour notamment consolider les liens avec les États-Unis et d'autres alliés.

Un autre proche d'Abe, Koichi Hagiuda, a été nommé ministre du Commerce et de l'Industrie.

(Reportage Elaine Lies, Ju-min Park, Antoni Slodkowski, Kiyoshi Takenaka, Sakura Murakami, Chang-ran Kim et Ritsuko Ando; version française Jean Terzian et Laetitia Volga, édité par Jean-Michel Bélot)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !