»
»
»
Consultation

Iran: Paris, Berlin et Londres unis pour demander des exemptions aux USA

Iran: Paris, Berlin et Londres unis pour demander des exemptions aux USA
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni réaffirment dans une lettre commune leur engagement dans l'accord sur le programme nucléaire iranien et demandent aux Etats-Unis d'exempter les entreprises européennes des sanctions à venir.

"Nous attendons que les Etats-Unis s'abstiennent de prendre des initiatives qui nuiraient aux intérêts européens de sécurité", peut-on lire dans leur lettre commune datée de lundi mais rendue publique mercredi.

La lettre est signée par les ministres des Affaires étrangères et des Finances des trois pays européens signataires de l'accord de juillet 2015, ainsi que par Federica Mogherini, la cheffe de la diplomatie européenne.

Adressée au secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo et au secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, elle distingue les secteurs d'activités que les Européens souhaitent voir exemptés des "effets extraterritoriaux" du rétablissement des sanctions américaines, dont l'industrie pharmaceutique et la santé, l'énergie, l'automobile, l'aviation civile, les infrastructures et le secteur bancaire.

Les Etats-Unis se sont retirés le 8 mai dernier du JCPOA, l'accord signé en juillet 2015 par l'Iran et les puissances du P5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne + Allemagne).

Dans leur lettre, les Européens disent partager les mêmes inquiétudes que Washington sur ce qui se passera au-delà de la période d'engagement du JCPOA, en 2025, sur le programme balistique de la république islamique et sur ses "actions déstabilisatrices" au Moyen-Orient.

Mais ils soulignent qu'"un retrait iranien de (l'accord) déstabiliserait davantage une région où de nouveaux conflits seraient désastreux" et affirment qu'"il n'existe pas d'alternative crédible à ce stade".

Sur Twitter, Bruno Le Maire écrit mercredi matin: "Nous demandons aux autorités américaines, dans une lettre avec l'Allemagne, le Royaume-Uni et le Service européen pour l'action extérieure, une exemption de toute sanction extraterritoriale américaine pour les entreprises européennes opérant légitimement en Iran et qui doivent pouvoir continuer à le faire."

Le ministre français avait fait part mi-mai de son souhait de mener avec ses "homologues allemand et britannique des démarches conjointes auprès des autorités américaines pour demander des exemptions, des délais supplémentaires".

(Myriam Rivet avec Tom Koerkemeier à Berlin, édité par Henri-Pierre André)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com