ING : Les provisions sur la Russie pèsent sur le bénéfice au 1er trimestre

ING : Les provisions sur la Russie pèsent sur le bénéfice au 1er trimestre
ING : Les provisions sur la Russie pèsent sur le bénéfice au 1er trimestre
Crédit photo © Reuters

AMSTERDAM (Reuters) - ING a fait état vendredi d'un bénéfice au premier trimestre inférieur aux attentes, en raison d'une augmentation des provisions pour créances douteuses liées à l'expositions à la Russie.

La plus grande banque néerlandaise a annoncé un bénéfice net au premier trimestre à 429 million d'euros, contre 1,01 milliard il y a un an et en deçà des prévisions des analyses qui tablaient sur 679 millions d'euros, selon les données de Refinitiv.

L'ajout net aux provisions pour créances douteuses s'est élevé à 987 millions d'euros ce trimestre, a indiqué la société dans un communiqué.

"La situation géopolitique, avec l'invasion de l'Ukraine par la Russie, a eu un impact significatif sur les coûts du risque au cours de ce trimestre, avec 834 millions de coûts du risque associés à notre exposition à la Russie", a déclaré le groupe.

ING a fait savoir en mars qu'elle disposait d'environ 700 millions d'euros de prêts impactés par les sanctions contre des entités et des personnalités russes.

La banque avait également déclaré 5,3 milliards d'euros de prêts à des emprunteurs russes, soit environ 0,9% de l'ensemble de son portefeuille de prêts.

Ella a affirmé vendredi avoir réservé un total de 2,5 milliards d'euros de capital pour couvrir les pertes attendues et inattendues sur son exposition à la Russie.

"Ce montant comprend les 0,8 milliard d'euros de provisions pour pertes sur prêts évoqués et 1,7 milliard d'euros (de capital mis en réserve) sur 13,3 milliards d'euros d'actifs pondérés en fonction du risque de crédit sur l'exposition liée à la Russie", a souligné ING.

Outre l'impact de la Russie, ses résultats trimestriels sont restés sans surprise, avec un revenu en baisse de 2,2% à 4,6 milliards d'euros, en raison notamment de la baisse des fonds provenant du programme de prêts à long terme de la Banque centrale européenne, dans le cadre duquel ING emprunte à un taux négatif.

Le portefeuille de prêts d'ING a légèrement progressé, les prêts aux particuliers ayant augmenté de 5,6 milliards d'euros, principalement pour des prêts hypothécaires en Allemagne, en Australie et en Espagne. Les prêts aux grossistes ont en revanche reculé de 5,2 milliards d'euros.

Les frais et commissions ont augmenté de 9,3% pour atteindre 933 millions d'euros.

Le titre ING a clôturé à 9,14 euros jeudi, en baisse de 25% depuis le début de l'année.

(Reportage Toby Sterling ; version française Dagmarah Mackos; édité par Kate Entringer)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !