Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Haut-Karabakh : Le groupe de Minsk pousse les belligérants à négocier

Haut-Karabakh : Le groupe de Minsk pousse les belligérants à négocier
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Des discussions auront lieu jeudi à Genève et lundi à Moscou dans le cadre des efforts menés par la France, la Russie et les Etats-Unis (Groupe de Minsk) pour tenter d'ouvrir des négociations entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan au sujet du Haut-Karabakh, a déclaré mercredi Jean-Yves Le Drian.

"Nous souhaitons que chacun comprenne que son intérêt, c'est d'arrêter immédiatement les hostilités sans conditionnalité et qu'on ouvre une négociation" sous le parrainage de la France, de la Russie et des Etats-Unis, a dit le ministre français des Affaires étrangères.

"Nous sommes en relation journalière avec les uns et les autres. Pour l'instant, ça n'a pas abouti. Il y aura des réunions demain à Genève et d'autres réunions lundi à Moscou et nous formulons le voeu que cela puisse aboutir à l'ouverture de négociations."

Jean-Yves Le Drian, qui s'exprimait devant la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale, n'a pas précisé si des représentants arméniens et azerbaïdjanais seraient présents lors de ces discussions, mais le ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères, Jeyhun Bayramov, a annoncé qu'il se rendrait jeudi à Genève.

De son côté, l'Arménie a fait savoir que son chef de la diplomatie Zohrab Mnatsakanian irait lundi à Moscou, mais excluait de rencontrer Bayramov.

Gelé depuis des années, le conflit entre forces azerbaïdjanaises et séparatistes arméniens de cette enclave montagneuse a repris le 27 septembre dernier avec une intensité sans précédent depuis les affrontements qui ont suivi l'effondrement de l'Union soviétique, en 1991.

L'Arménie et l'Azerbaïdjan ont jusqu'ici ignoré les appels au cessez-le-feu lancés par le Groupe de Minsk, chargé par l'OSCE de la médiation sur ce conflit.

Les combats ont fait plus de 360 morts, selon les derniers chiffres en date communiqués par les belligérants, dont 320 soldats et 19 civils au Haut-Karabakh, et 28 civils azerbaïdjanais.

Devant la commission de l'Assemblée nationale, Jean-Yves Le Drian a dénoncé une "implication militaire de la Turquie qui risque d'alimenter l'internationalisation du conflit" dans cette région séparatiste d'Azerbaïdjan à majorité arménienne.

(John Irish, avec Nailia Bagirova, Nvard Hovhannisyan; version française Bertrand Boucey et Jean-Stéphane Brosse)


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !