Hausse prudente en vue en Europe avant l'emploi américain

Hausse prudente en vue en Europe avant l'emploi américain
Hausse prudente en vue en Europe avant l'emploi américain
Crédit photo © Reuters

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont attendues en légère hausse vendredi à l'ouverture avant la publication très attendue du rapport mensuel sur l'emploi américain qui pourrait alimenter le débat sur la stratégie de la Réserve fédérale dans les mois à venir.

Les contrats à terme donnent une progression de 0,14% pour le CAC 40 parisien, de 0,19% pour le Dax à Francfort, de 0,15% pour le FTSE à Londres et de 0,21% pour l'EuroStoxx 50.

Jeudi, la plupart des grands indices ont clôturé dans le vert, une nouvelle fois portés par les résultats d'entreprises, qui permettent aux investisseurs d'occulter provisoirement les préoccupations liées à l'économie mondiale et au resserrement monétaires des banques centrales.

La Bourse de Londres a toutefois fini à l'équilibre, freinée par les annonces de la Banque d'Angleterre qui a brossé un tableau pessimiste pour l'économie britannique avec une contraction du produit intérieur brut au dernier trimestre de cette année et tout du long de 2023.

La Réserve fédérale sera indirectement à l'honneur ce vendredi via la publication à 12h30 GMT du rapport sur les créations d'emplois non agricoles pour le mois de juin aux Etats-Unis.

Les économistes interrogés par Reuters tablent en moyenne sur 250.000 créations d'emplois non-agricoles en juillet après 372.000 le mois précédent.

"Il s'agirait du chiffre le plus faible de l'année (...) Un chiffre faible sur l'emploi pourrait tempérer l'attitude agressive de la Fed mais il faudrait que ce soit un chiffre étonnamment bas, voire négatif", a déclaré Michael Hewson chez CMC Markets.

En Allemagne, la production industrielle a enregistré une hausse inattendue en juin (+0,4% contre -0,3% attendu par le consensus Reuters) malgré les problèmes de chaîne d'approvisionnement qui pèsent sur le secteur manufacturier.

A WALL STREET

Les "futures" américains signalent une ouverture en légère hausse au lendemain d'une séance hésitante, entre les gains enregistrés par les valeurs à forte croissance et le déclin des valeurs de l'énergie alors que les investisseurs attendaient le rapport sur le marché du travail.

L'indice Dow Jones a cédé 0,26% à 32.726,82 points, le S&P-500, plus large, a perdu 0,08% à 4.151,94 points et le Nasdaq Composite a avancé de 0,41% à 12.720,58 points.

Seul le Nasdaq a terminé dans le vert, s'établissant à un pic de trois mois dans le sillage d'Amazon (+2,2%) et Advanced Micro Devices (+5,93%), tandis que le S&P-500 a été plombé par le recul d'Exxon Mobil (-4,21%) et Chevron (-2,72%).

L'assureur de santé Cigna a progressé de 3,1% à la suite du relèvement de sa prévision de bénéfice annuel, tandis que le laboratoire Eli Lilly a décliné de 2,6% après avoir de nouveau averti sur son bénéfice pour l'année.

EN ASIE

A Tokyo, le Nikkei a gagné 0,87%, à son plus haut depuis deux mois, les résultats bien accueillis de plusieurs entreprises ayant permis à l'indice de référence de franchir la barre des 28.000 points.

Le groupe agroalimentaire Kikkoman a pris 9,25% après avoir fait état d'un bénéfice solide au deuxième trimestre tandis que Nippon Steel a avancé de 8,31% après la publication d'une baisse moins marquée qu'attendu de son bénéfice annuel.

En Chine, le CSI 300 et le SSE Composite de Shanghai montent de 1,03% et de 0,88% respectivement, soutenus par les valeurs technologiques.

TAUX/CHANGES

Le rendement des Treasuries à dix ans monte légèrement, à 2,6845% avant la publication du rapport sur l'emploi américain et le dollar gagne 0,24% face à un panier de devises de référence.

L'euro recule de 0,21% à 1,0221 dollar.

Le dix ans allemand recule d'un point de base à l'ouverture, autour de 0,793%.

PÉTROLE

Les cours du pétrole remontent après avoir atteint lors de la séance précédente leurs plus bas niveaux depuis avant l'invasion de l'Ukraine par la Russie en raison des inquiétudes sur les perspectives économiques mondiales.

Le Brent gagne 0,44% à 94,53 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,63% à 89,1 dollars.

(Rédigé par Laetitia Volga)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !