Hausse en vue en Europe après des records à Wall Street

Hausse en vue en Europe après des records à Wall Street
Hausse en vue en Europe après des records à Wall Street
Crédit photo © Reuters

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont attendues en hausse vendredi après les records inscrits la veille à Wall Street, et plusieurs grands indices s'acheminent ainsi vers une septième semaine consécutive de progression.

Les contrats à terme sur indices suggèrent une hausse de 0,42% pour le CAC 40 à Paris, de 0,44% pour le Dax à Francfort, de 0,5% pour le FTSE 100 à Londres et de 0,43% pour l'EuroStoxx 50.

Le Standard & Poor's 500 et le Nasdaq Composite américains ont fini sur de nouveaux plus hauts jeudi, grâce aux secteurs des semi-conducteurs et de la distribution, confirmant que la croissance plus soutenue qu'anticipé des bénéfices des sociétés cotées reste l'un des principaux moteurs des marchés d'actions.

La tendance est similaire en Europe, où la saison des publications trimestrielles touche à sa fin et où bon nombre de grands indices évoluent tout près de leurs récents records, parmi lesquels le CAC 40 et l'indice large Stoxx 600.

Ce dernier affiche pour l'instant une hausse de 0,2% depuis le début de la semaine, sa septième performance hebdomadaire positive d'affilée. Quant au CAC 40, il a pris 0,71% depuis lundi matin.

La séance s'annonce calme en l'absence d'indicateurs et de résultats de premier plan mais les investisseurs suivront les interventions publiques de Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne, à 08h30 GMT au Congrès bancaire européen de Francfort, puis de Huw Pill, l'économiste en chef de la Banque d'Angleterre, à 12h00 GMT, et de deux dirigeants de la Réserve fédérale américaine, Christopher Waller et Richard Clarida, à 15h45 et 17h15 GMT respectivement.

A WALL STREET

Le Standard & Poor's 500 et le Nasdaq ont tous deux atteint des niveaux records à la clôture de la Bourse de New York jeudi, les investisseurs ayant privilégié les bons résultats des groupes de distribution et de certains acteurs des hautes technologies, qui ont éclipsé les commentaires sur l'inflation d'un responsable de la Réserve fédérale.

Le S&P-500 a gagné 15,87 points, soit 0,34%, à 4.704,54 et le Nasdaq Composite a avancé de 72,14 points (0,45%) à 15.993,71 points.

Le Dow Jones a en revanche cédé 0,17% (60,1 points), à 35.870,95, plombé par Cisco Systems (-5,5%) après des prévisions jugées décevantes.

Le fabriquant de puces Nvidia a gagné 8,2% après avoir battu les estimations trimestrielles et prévu un solide chiffre d'affaires pour le quatrième trimestre. L'indice des semi-conducteurs de Philadelphie a pris 1,8% et atteint un plus haut historique.

Macy's a progressé de 21,1% après avoir a relevé ses prévisions de chiffre d'affaires et de bénéfice pour l'ensemble de l'année. Kohl's, qui a lui aussi relevé ses perspectives de ventes pour l'ensemble de l'année, a pris 10,6%.

Les contrats à terme suggèrent pour l'instant une ouverture en hausse d'environ 0,4%.

EN ASIE

À la Bourse de Tokyo, l'indice Nikkei a gagné 0,5%, tiré par les valeurs des semi-conducteurs dans le sillage de Wall Street et par celles du secteur de l'énergie avec le reflux des cours du pétrole.

Le Premier ministre, Fumio Kishida, devait par ailleurs confirmer après la clôture le lancement d'un plan de relance de plus de 430 milliards d'euros dont les grandes lignes sont déjà largement connues.

En Chine, le SSE Composite de Shanghai a fini en hausse de 1,13% et le CSI 300 de 1,08%, en profitant entre autres des résultats solides publiés par plusieurs grands groupes de logistique. Le Hang Seng à Hong Kong cède en revanche 1,17% après les prévisions inférieures aux attentes d'Alibaba, qui chute de 0,49%.

CHANGES/TAUX

Les variations sont limitées sur le marchés des devises en attendant les interventions des responsables de grandes banques centrales mais l'euro reste orienté à la baisse face au dollar à 1,1356.

Toujours pénalisée par la perspective d'un relèvement des taux de la Fed avant ceux de la BCE, la monnaie unique affiche pour l'instant un repli de plus de 0,8% depuis le début de la semaine, après une baisse de 1% la semaine dernière.

Sur le marché obligataire, le rendement des bons du Trésor américain à dix ans est quasi stable à 1,5977% après avoir reculé jeudi en réaction au succès des dernières adjudications, qui a rassuré le marché sur le risque de remontée rapide des coûts du crédit.

En Europe, les rendements montent dans les premiers échanges, à -0,259% pour le Bund allemand à dix ans, après l'annonce d'une hausse plus marquée qu'attendu des prix à la production en Allemagne en octobre (+3,8% sur un mois, +18,4% sur un an).

PÉTROLE

Le marché pétrolier est en hausse, les investisseurs restant sceptiques quant à l'impact potentiel d'une action coordonnée de grands pays consommateurs pour puiser dans leurs réserves stratégiques.

Pour les analystes spécialisés de Fitch Solutions, "le marché reste fondamentalement tendu et tous les volumes débloqués ne devraient pas modifier substantiellement l'équilibre général".

Le Brent gagne 1,05% à 82,09 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 1% à 79,80 dollars.

Tous deux s'acheminent néanmoins vers une quatrième semaine consécutive de repli.

(Certaines données peuvent accuser un léger décalage)

(Édité par Blandine Hénault)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !