Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Grande-Bretagne : L'accord post-Brexit résout la question "controversée" de l'Europe, selon Johnson

Grande-Bretagne : L'accord post-Brexit résout la question "controversée" de l'Europe, selon Johnson
Crédit photo © Reuters

LONDRES (Reuters) - Le Royaume-Uni va être en mesure de commercer avec ses voisins européens tout en gardant le contrôle de ses lois et de sa destinée, va déclarer le Premier ministre Boris Johnson mercredi avant que les députés se prononcent sur l'accord que le dirigeant conservateur a conclu in extremis avec Bruxelles.

L'accord bouclé la semaine dernière avec l'Union européenne permet au Royaume-Uni, qui quittera de manière effective le bloc communautaire jeudi à 23h00 GMT, de continuer de bénéficier d'un accès au marché unique sans droits de douane ni quotas, écartant l'hypothèse d'une rupture chaotique crainte par les entreprises.

Mais le texte ne couvre pas le secteur des services, qui représente 80% de l'économie britannique, et n'évitera pas des lenteurs et des coûts supplémentaires pour les échanges de biens entre les deux blocs.

Boris Johnson va toutefois déclarer que l'accord remet à plat les relations du Royaume-Uni avec ses voisins, mettant fin à son appartenance "sans conviction" à l'UE et lui permettant au contraire d'être un égal souverain en mesure d'effectuer des choix différents.

"Ceux d'entre nous ayant fait campagne pour une sortie de l'UE n'ont jamais cherché une rupture avec nos plus proches voisins", dira-t-il devant le Parlement, selon des extraits de son discours diffusés en avance par ses services.

"Ce que nous cherchions n'était pas une rupture mais une solution, une solution à la vieille et controversée question des relations politiques de la Grande-Bretagne avec l'Europe, qui a tourmenté notre histoire d'après-Guerre", ajoutera le dirigeant.

Plus de quatre ans après le référendum de juin 2016 lors duquel les Britanniques se sont majoritairement prononcés en faveur du Brexit, l'accord post-commercial avec l'UE permet d'ouvrir un nouveau chapitre, va aussi déclarer Johnson.

"Nous serons désormais un voisin amical - le meilleur ami et allié que l'UE puisse avoir - travaillant main dans la main lorsque nos valeurs et intérêts coïncident, tout en répondant au souhait de souveraineté des Britanniques de vivre avec leurs propres lois, préparées par leur propre Parlement élu".

Les plus fervents "Brexiters" dans les rangs du Parti conservateur ont accepté mardi de soutenir le projet de loi devant entériner l'accord avec l'UE, dont la promulgation ne fait guère de doute après que l'opposition travailliste a indiqué la semaine dernière son intention de voter pour.

Les "Vingt-Sept" ont approuvé mardi l'accord sur les futures relations commerciales avec le Royaume-Uni, ouvrant la voie à sa mise en oeuvre à compter de vendredi.

(Paul Sandle; version française Jean Terzian)


click here for restriction
©2021 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !