»
»
»
Consultation

GE étudie toujours un démantèlement, va céder une division

GE étudie toujours un démantèlement, va céder une division

Crédit photo © Reuters

par Alwyn Scott et Greg Roumeliotis

NEW YORK (Reuters) - General Electric a déclaré vendredi qu'il réfléchissait toujours à son éventuel démantèlement mais que cette réflexion était secondaire par rapport à l'amélioration de ses performances.

Le conglomérat industriel, créé il y a 126 ans, a prévu de se séparer d'activités représentant au moins 20 milliards de dollars (16,2 milliards d'euros) afin de réduire ses coûts et de doper ses bénéfices dans le cadre d'un plan de restructuration sur trois ans lancé par son PDG, John Flannery, en poste depuis le 1er août dernier.

General Electric a annoncé vendredi avoir plus que triplé son bénéfice de ses activités poursuivies au premier trimestre, grâce aux bonnes performances des divisions aviation et santé, ce qui a fait bondir son titre à Wall Street.

Certains analystes ont toutefois pointé du doigt les résultats relativement faibles du conglomérat sur une base non ajustée.

Interrogé sur la possibilité d'un démembrement de GE, John Flannery a déclaré étudier toutes les options. Il a toutefois souligné que le conglomérat cherchait avant tout à faire en sorte que ses activités réalisent de bonnes performances.

"Il n'y a pas de vaches sacrées", a-t-il déclaré lors d'une conférence téléphonique avec des analystes. "Nous examinons un certain nombre de structures. Nous y travaillons en ce moment en détail avec le conseil d'administration."

Le patron de GE a promis de donner aux investisseurs des nouvelles sur le sujet "dans les prochains mois".

Les actionnaires de GE doivent élire les membres du conseil d'administration la semaine prochaine.

Le conglomérat américain a par ailleurs déclaré vendredi avoir décidé de céder sa division de distribution d'énergie et pense pouvoir annoncer un accord d'ici le milieu de l'année, confirmant une information de Reuters en février.

L'activité mise en vente fabrique des turbines à gaz alimentant en énergie les sites industriels. Elle comprend les modèles Jenbacher et Waukesha, qui couvrent le segment des turbines de petite et moyenne puissance allant de 100 kilowatts à 10 megawatts.

Le 18 février, des sources proches du dossier avaient rapporté que le conglomérat industriel américain réfléchissait à la vente de cette activité qui pourrait être valorisée jusqu'à deux milliards de dollars (1,6 milliard d'euros).

Une cession des turbines à gaz industrielles permettrait à GE de simplifier le fonctionnement de sa division de génération d'énergie ("power"), dont le bénéfice a plongé de 45% l'an dernier.

Enfin, GE étudie la possibilité de fusionner son pôle transport, qui fabrique des moteurs de trains, avec Wabtec, un équipementier américain du secteur ferroviaire, croit savoir une source proche du dossier.

Ce n'est que l'une des possibilités à l'étude chez le conglomérat industriel et aucune décision n'a encore été prise, a ajouté la source.

GE et Wabtec n'ont pas répondu aux sollicitations de commentaires dans l'immédiat. Bloomberg la première a fait état du projet.

(Claude Chendjou et Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Bertrand Boucey)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com