Gazprom commence à puiser dans ses réserves pour stabiliser le marché, dit la Russie

Gazprom commence à puiser dans ses réserves pour stabiliser le marché, dit la Russie
Gazprom commence à puiser dans ses réserves pour stabiliser le marché, dit la Russie
Crédit photo © Reuters

MOSCOU (Reuters) - Gazprom a commencé à puiser dans ses réserves de gaz naturel pour alimenter son réseau de distribution et tenter de stabiliser les prix, a déclaré mardi le vice-ministre russe des Affaires étrangères.

Dans une interview à la BBC, Sergueï Riabkov a rejeté les soupçons selon lesquels la Russie restreint ses livraisons de gaz à l'Europe, où le prix du gaz, et dans son sillage celui de l'électricité, s'est envolé depuis le début de l'année sous le double effet d'une offre limitée et d'une demande en plein essor avec la reprise économique succédant à la crise du coronavirus.

"Nous sommes favorables à la sécurité énergétique de l'Europe, nous voulons travailler en collaboration (...) Gazprom a en fait commencé à pomper dans ses réserves pour alimenter les gazoducs afin de stabiliser le marché", a dit Sergueï Riabkov, sans plus de précisions.

Citant des données de l'organisme Gas Infrastructure Europe, l'agence Interfax a rapporté que Gazprom avait puisé du gaz pendant une journée, le 7 octobre, dans un site de stockage à Haidach en Autriche à la suite d'un bond du prix du gaz parvenu à un niveau record.

"Nous travaillons de manière posée, calme, sobre vers une stabilisation. Il n'est pas dans notre intérêt de faire davantage de vagues", a dit Sergueï Riabkov.

Un groupe d'eurodéputés a demandé à la Commission européenne d'enquêter sur le rôle éventuel joué par Gazprom dans la flambée actuelle du prix du gaz. Ces parlementaires soupçonnent le géant gazier russe de manipulation de marché afin d'exercer des pressions sur les Européens pour qu'ils acceptent une mise en service rapide du nouveau gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne.

Gazprom comme le Kremlin rejettent ces accusations.

(Reportage Mark Trevelyan, rédigé par Vladimir Soldatkin, version française Bertrand Boucey, édité par Nicolas Delame)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !