»
»
»
Consultation

G20 : La France rejette l'ouverture commerciale des Etats-Unis

G20 : La France rejette l'ouverture commerciale des Etats-Unis
Crédit photo © Reuters

par Luc Cohen et David Lawder

BUENOS AIRES (Reuters) - Le secrétaire américain au Trésor a tenté samedi de mettre l'Europe et le Japon de son côté dans le bras de fer commercial avec la Chine, en leur proposant des accords de libre échange, mais s'est heurté à la ferme résistance de la France, lors d'une réunion des ministres des Finances du G20 à Buenos Aires.

"Si l'Europe croit au libre échange, nous sommes prêts à signer un accord en ce sens", a déclaré Steven Mnuchin, ajoutant qu'un tel accord nécessiterait non seulement l'élimination des droits de douane, mais des barrières non tarifaires et des subventions. "Il faut régler les trois problèmes", a-t-il insisté.

"Nous refusons de négocier avec un pistolet sur la tempe", lui a indirectement répondu le ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, excluant d'entamer des négociations commerciales avec les Etats-Unis sans une levée des droits de douane sur l'acier et d'aluminium importés de l'Union européenne, du Canada et du Mexique.

Cette mesure imposée en juin par Donald Trump lui a valu une riposte commerciale des "28". Le président américain envisage désormais de taxer les automobiles, ce qui frapperait durement les Etats membres de l'UE et le Japon.

Washington a également décidé de taxer 34 milliards d'importations chinoises et Donald Trump s'est dit prêt à porter le total à 500 milliards.

OLAF SCHOLTZ PESSIMISTE

Le Fonds monétaire international (FMI) a mis en garde samedi contre les risques que cette guerre commerciale fait peser sur la croissance économique mondiale.

Christine Lagarde, directrice générale du Fonds, a présenté aux ministres des Finances et gouverneurs des banques centrales du G20 un rapport selon lequel les tensions commerciales pourraient faire baisser le PIB mondial de 0,5%.

Dans une note rédigée à l'attention des ministres des Finances, le FMI estime par ailleurs que la croissance mondiale devrait atteindre 3,9% en 2018 et 2019.

Steven Mnuchin a quant à lui affirmé devant la presse qu'il n'y avait pour l'instant pas d'effet macro-économique sur l'économie mondiale. Les conséquences micro-économiques de ce bras de fer commercial ne devraient pas empêcher les Etats-Unis de connaître une croissance de 3% cette année, a-t-il ajouté.

Lors de leur dernière réunion, fin mars, les ministres des Finances du G20 s'étaient contentés de promettre de "poursuivre le dialogue", faute d'accord sur la politique commerciale.

Selon le brésilien Eduardo Guardia, ils ont cette fois reconnu que les risques pesant sur l'économie mondiale s'étaient accrus depuis leur dernière entrevue. Le communiqué final, a-t-il poursuivi, reflétera la nécessité, en particulier pour les marchés émergents qui ont été perturbés par la faiblesse des devises, d'entreprendre des réformes pour faire face à la volatilité.

"Je ne m'attends pas à ce que des progrès tangibles soient accomplis lors de cette réunion", a quant à lui déclaré le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, dans l'avion qui le conduisait à Buenos Aires.

(Avec Eliana Raszewski et Scott Squires , Jean-Philippe Lefief pour le service français)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com