Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

François Hollande exhorte la gauche à "ne pas se résigner"

François Hollande exhorte la gauche à "ne pas se résigner"

PARIS (Reuters) - François Hollande a appelé les Français dimanche à ne pas se résigner à une victoire fleuve de la droite aux législatives de juin et a estimé que le scrutin n'était pas joué d'avance.

"Les Français ne doivent pas se résigner, ils doivent voter parce que ce qui ne serait pas fait les 10 et 17juin ne sera plus fait pendant cinq ans", a déclaré le premier secrétaire du Parti socialiste sur Canal Plus.

François Hollande a fait remarquer que la candidate socialiste Ségolène Royal était arrivé en tête dans 200 des 577 circonscriptions lors du second tour de l'élection présidentielle.

"Dans ces circonscriptions-là, s'il y a une cohérence entre le vote présidentiel et le vote législatif, on devrait gagner. Nous pouvons aussi en gagner d'autres", a-t-il dit.

"Ne croyez pas que l'élection serait jouée parce qu'on nous l'aurait annoncé ou parce que Nicolas Sarkozy veut avoir tous les pouvoirs", a-t-il estimé.

"C'est la première fois qu'un président de la République qui vient de s'installer fait un meeting pour demander une majorité à sa main", a fait remarquer François Hollande en évoquant la présence annoncée de Nicolas Sarkozy mardi à une "réunion républicaine" au Havre.

"Ce n'est pas un 3e tour", a-t-il dit en évoquant les élections législatives, "on ne va pas empêcher Nicolas Sarkozy d'être président de la République, on veut l'empêcher de mener sa politique".

"S'il y a une majorité de gauche à l'Assemblée nationale, alors on pourra avoir sur le contrat de travail des évolutions mais pas la précarité ; sur la franchise santé on l'écartera et on fera une politique de prévention ; on ne fera pas le bouclier fiscal parce qu'on ne veut pas augmenter la TVA comme le propose la droite", a déclaré le numéro un du PS.

François Hollande a appelé à l'unité "non seulement du PS mais de toute la gauche" et refusé d'évoquer l'après-législatives et notamment le nom de son successeur à la tête du parti.

Interrogé sur la possibilité de voir Ségolène Royal prendre la tête du PS, il a répondu: "Nous n'en sommes pas là, ce n'est pas le moment. Mais qu'elle ait des qualités, ça vous ne me ferez pas dire le contraire".

François Hollande a qualifié de "ministres de droite" les personnalités issues de la gauche faisant partie du gouvernement de François Fillon.

"Il n'y a pas de ministres de gauche au sein du gouvernement, il n'y a que des ministres qui ont choisi le projet de Nicolas Sarkozy", a-t-il dit.


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !