France : L'OCDE relève sa prévision de croissance, prône une règle pluriannuelle de dépenses

France : L'OCDE relève sa prévision de croissance, prône une règle pluriannuelle de dépenses
France : L'OCDE relève sa prévision de croissance, prône une règle pluriannuelle de dépenses
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - La France doit adopter une règle de dépenses pluriannuelle pour maîtriser ses finances publiques, fortement dégradées avec la crise du COVID-19, a déclaré jeudi l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), tout en relevant ses prévisions de croissance économique pour le pays.

La reprise de l'économie française, la deuxième de la zone euro, a dépassé toutes les prévisions cette année après le choc sanitaire de 2020, les dépenses des ménages ayant notamment fortement rebondi avec une vaccination massive de la population.

Le produit intérieur brut (PIB) de la France devrait ainsi progresser de 6,8% cette année et de 4,2% en 2022, prédit l'OCDE dans une étude publiée jeudi. Elle prévoyait auparavant une croissance de 6,3% en 2021 et de 4,0% l'an prochain.

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a rappelé mercredi devant des sénateurs que le gouvernement tablait pour sa part sur une croissance d'"au moins 6,25%" cette année.

"Ce rapport (de l'OCDE) valide les choix de politique économique qui ont été faits par le président de la République et par le gouvernement pendant cette crise", a dit Bruno Le Maire jeudi au cours d'une conférence de presse aux côtés du secrétaire général de l'organisation, Mathias Cormann.

"La croissance est de retour en France. Elle est solide, elle est dynamique, et c'est le fruit des choix de politique économique que nous avons faits", a-t-il insisté, en invitant chacun à garder son "sang-froid" au sujet de l'inflation, un phénomène transitoire, a-t-il une nouvelle fois jugé.

Les mesures de soutien massives aux entreprises et aux ménages durant la crise sanitaire ont toutefois fortement dégradé les finances publiques et porté la dette à un niveau record, à 115% du PIB, alors même que le gouvernement multiplie les projets d'investissements pour adapter l'économie au changement climatique et que le vieillissement de la population génère des coûts croissants.

LE MAIRE VEUT RÉTABLIR "RÉSOLUMENT" LES FINANCES PUBLIQUES

Alors que le niveau des dépenses publiques en France est déjà l'un des plus élevés au monde, à près de 60% du PIB, l'OCDE juge que le pays a besoin d'une "règle de dépenses pluriannuelle s'appliquant à l'ensemble du secteur public", un dispositif qui, selon l'organisation, a déjà fait ses preuves pour contenir les déficits dans d'autres pays à fortes dépenses comme la Suède.

L'OCDE considère que cela contraindrait les pouvoirs publics à rationaliser les dépenses, avec une meilleure affectation et une évaluation complète de certaines politiques, deux éléments qui, aux yeux de l'organisation, font souvent défaut en raison d'une myriade de niveaux d'administration.

Bruno Le Maire s'est déjà prononcé en faveur d'une telle règle pluriannuelle de dépenses publiques, en lui conférant même une valeur constitutionnelle. Le ministre de l'Economie s'est félicité jeudi qu'une "première étape" vers une telle règle pluriannuelle soit en train d'être franchie avec une proposition de loi en ce sens des députés Laurent Saint-Martin (LaRem) et Eric Woerth (LR).

Après la crise, "nous allons entrer dans une nouvelle phase, où il faudra engager résolument et progressivement le rétablissement des finances publiques", a-t-il dit, en soulignant que le gouvernement français partageait "toutes les recommandations" de l'OCDE.

L'OCDE PRÔNE UN RELÈVEMENT DE L'ÂGE DE DÉPART À LA RETRAITE

Cette dernière considère aussi que le système de retraites français est trop fragmenté avec des dépenses trop élevées. Elle prône de relever l'âge minimum de départ à la retraite en fonction de l'espérance de vie.

Alors que la France doit continuer de lutter contre l'épidémie de COVID-19 et qu'elle entre en campagne pour l'élection présidentielle d'avril prochain, Emmanuel Macron a déclaré le 9 novembre que le moment n'était pas opportun pour lancer une réforme des retraites. Il a toutefois ajouté qu'il serait nécessaire, dès l'an prochain, de prendre des décisions "claires" sur le sujet.

La France, comme la plupart des pays européens, ne respecte pas sa trajectoire de réduction des émissions de CO2 et l'OCDE l'invite non seulement à augmenter ses investissements dits "verts" mais aussi à supprimer progressivement les exonérations et taux réduits d'imposition bénéficiant à certaines activités polluantes et à relever ensuite les taux des taxes favorables à l'environnement.

Un projet d'instauration d'une taxe carbone a été l'élément déclencheur du mouvement de contestation dit des "gilets jaunes" en 2018.

Pour améliorer l'acceptabilité sociale de telles mesures, l'OCDE prône la mise en place de dispositifs d'aide à l'achat généreux et ciblés pour l'acquisition d'équipements moins polluants.

(Reportage Leigh Thomas, avec Myriam Rivet et Bertrand Boucey, édité par Jean Terzian, Blandine Hénault et Sophie Louet)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !