France et Etats-Unis s'attellent à une difficile réconciliation

France et Etats-Unis s'attellent à une difficile réconciliation
France et Etats-Unis s'attellent à une difficile réconciliation
Crédit photo © Reuters

par Simon Lewis

PARIS (Reuters) - Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, en visite à Paris, a entrepris mardi de renouer des liens distendus avec les autorités françaises en s'accordant avec Emmanuel Macron sur la nécessité d'approfondir une relation bilatérale historique.

Depuis le coup de froid diplomatique provoqué par la conclusion du pacte "Aukus", et l'annulation simultanée par Canberra d'un contrat de plusieurs milliards de dollars avec la France pour la vente de 12 sous-marins, l'administration américaine s'efforce de surmonter la crise avec Paris.

Aukus est l'acronyme d'un partenariat stratégique annoncé le 15 septembre entre les Etats-Unis, l'Australie et la Grande-Bretagne pour la région indo-pacifique qui prévoit l'achat par Canberra de sous-marins à propulsion nucléaire de fabrication américaine.

En signe de protestation, Paris avait notamment décidé le rappel de son ambassadeur à Washington, Philippe Etienne, initiative inédite témoignant de la colère française.

Envoyé en mission de "déminage", le chef de la diplomatie américaine s'est entretenu mardi matin à l'Elysée avec le conseiller diplomatique d'Emmanuel Macron, Emmanuel Bonne, puis avec le chef de l'Etat.

Les discussions ont porté sur les "voies de réengagement de la relation, à la suite du rappel de l'ambassadeur de France" et les moyens de "restaurer la confiance entre la France et les Etats-Unis", a fait savoir l'Elysée.

"La France et les Etats-Unis poursuivent leur travail de coordination sur les enjeux d'intérêt commun, qu'il s'agisse de la coopération UE-Otan, du Sahel, de l'espace indo-pacifique", peut-on lire.

DES ACTIONS CONCRÈTES À L'ÉTUDE

La présidence n'a pas précisé la teneur des échanges en tête-à-tête entre Emmanuel Macron et Antony Blinken.

Un représentant du département d'Etat américain a déclaré que l'atmosphère était "sérieuse et concentrée". Il a ajouté que beaucoup de travail demeurait pour identifier les "actions concrètes" qui pourraient émerger de ce rapprochement.

Emmanuel Macron, a-t-il précisé, a avancé des idées sur la coopération en matière de sécurité et de lutte anti-terroriste, et elles sont à l'étude côté américain.

Antony Blinken a assuré pour sa part que les Etats-Unis soutenaient les efforts européens en matière de Défense et de sécurité, et qu'ils étaient complémentaires de l'Alliance atlantique. Le président français a souligné que la construction d'une capacité de Défense européenne n'était pas dirigée contre l'Otan.

Emmanuel Macron et Joe Biden s'étaient entretenus par téléphone le 22 septembre pour tenter de poser les jalons d'une réconciliation après cette vive rupture de confiance.

Antony Blinken, qui présidait mardi une réunion ministérielle de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), a également rencontré mardi matin son homologue français, Jean-Yves Le Drian, qui avait qualifié le pacte Aukus de "coup dans le dos".

Le Quai d'Orsay avait indiqué lundi que les deux hommes devaient étudier "les étapes susceptibles de permettre un rétablissement de la confiance entre nos deux pays", avant de souligner à nouveau que la sortie de crise "prendra[it] du temps et requerra[it] des actes".

(Reportage Simon Lewis, version française Blandine Hénault et Sophie Louet, édité par Sophie Louet)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !