Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Evans (Fed) évoque une possible refonte de la régulation financière

Evans (Fed) évoque une possible refonte de la régulation financière
Crédit photo © Reuters

(Reuters) - Le président de la Réserve fédérale de Chicago, Charles Evans, a soulevé mardi la possibilité d'une refonte de la régulation et de la supervision financière, mettant en exergue le constat que les taux d'intérêt devraient rester bas pendant une longue période encore.

La Réserve fédérale américaine (Fed) a récemment entrepris une révision de son cadre de politique monétaire, avec une nouvelle stratégie dévoilée en août dernier qui vise un objectif d'inflation de 2% en moyenne sur la durée.

Ce nouveau cadre, destiné à compenser la faible inflation provoquée par des taux d'intérêt mondialement bas, a poussé la banque centrale américaine à promettre une politique ultra-accomodante pour une durée qui pourrait se compter en années, alors qu'elle tente de favoriser la remontée de l'inflation.

L'hypothèse de voir les taux bas perdurer alimente les inquiétudes sur de possibles risques excessifs pris par les investisseurs quand ils atteignent leurs rendements, provoquant une instabilité sur les marchés, a déclaré Charles Evans dans des commentaires préparés pour une réunion virtuelle de l'Association économique américaine.

Plutôt que la politique monétaire, a-t-il poursuivi, les meilleurs outils pour répondre aux inquiétudes sur la stabilité financière sont la régulation et la supervision.

Si des progrès ont été effectués dans ces domaines depuis la dernière refonte engagée après la crise financière de 2009, "davantage peut et doit être fait", a dit le président de la Fed de Chicago.

"Peut-être est-il temps pour les institutions financières et leurs gestionnaires de faire de même - revoir leurs modèles économiques et rendre leurs stratégies de supervision et régulation aussi robustes que possible - dans cet environnement de taux d'intérêt nominaux bas", a-t-il ajouté.

Charles Evans a déclaré par ailleurs qu'une inflation de 3% "ne serait franchement pas si mal" du moment qu'elle n'accélère pas de manière incontrôlée. Dans le contexte actuel, il est cependant "très difficile d'imaginer une inflation hors de contrôle, même avec la dette importante que les autorités financières accumulent".

(Ann Saphir; version française Jean Terzian)


click here for restriction
©2021 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !