En Jamaïque, des champignons hallucinogènes pour développer le tourisme

En Jamaïque, des champignons hallucinogènes pour développer le tourisme

par Kate Chappell et Brian Ellsworth

TREASURE BEACH, Jamaïque, 24 novembre (Reuters) - La Jamaïque s'emploie à attirer des investisseurs pour développer un marché de niche, celui des champignons hallucinogènes, qui restent illégaux dans la plupart des pays européens et aux Etats-Unis.

D'après un rapport publié en juillet par le cabinet d'études InsightAce Analytic, cette industrie devrait valoir 8,3 milliards de dollars (8 milliards d'euros) d'ici 2028 au niveau mondial, contre 3,6 milliards de dollars en 2021.

L'île des Caraïbes compte au moins quatre complexes touristiques spécialisés dans les champignons hallucinogènes, dont trois ont ouvert ces dernières années.

"L'opportunité est là", a déclaré Gabriel Heron chez Jamaica Promotions Corporation, une agence publique visant à encourager les opportunités commerciales. "La façon dont nous positionnerons cette expérience touristique particulière sera très certainement alignée sur l'industrie de la santé et du bien-être."

En 2021, des officiels, dont le ministre de l'Agriculture de l'époque, et des entrepreneurs se sont réunis pour une conférence afin de débattre des opportunités de l'industrie des produits psychédéliques.

À MycoMeditations, un centre de Treasure Beach, sur la côte sud du pays, un client débourse jusqu'à 23.500 dollars pour une séjour d'une semaine avec trois séances de dosage.

"Ce que j'ai appris au cours de cette semaine m'aurait pris dix ans de thérapie classique", a déclaré Dean, un Américain de 41 ans, décrivant une expérience "euphorique, béate, pleine d'espoir".

L'utilisation de la psilocybine, le composé psychoactif présent dans les champignons hallucinogènes, pour traiter des problèmes de santé mentale, comme la dépression et l'anxiété, fait toujours l'objet d'essais cliniques.

Selon les autorités sanitaires américaines et canadiennes, ses effets secondaires peuvent inclure la panique, la peur et la nausée.

Parmi les sociétés qui évaluent la psilocybine contre les troubles mentaux, la start-up britannique COMPASS Pathways a vu son produit à base de psilocybine de synthèse obtenir le statut de traitement novateur par la Food and Drug Administration, l'autorité de santé américaine, en 2018.

Winston De La Haye, un psychiatre qui préside l'association caribéenne des psychédéliques, prévient que la psilocybine ne convient pas à tout le monde mais qu'elle peut aider les personnes souffrant de dépression majeure et ceux en fin de vie.

"Nous disposons d'indications claires et d'un nombre croissant de preuves concernant le microdosage et ces avantages comprennent la créativité et une meilleure concentration", a-t-il déclaré.

Des "centres psychédéliques" sont également apparus aux Pays-Bas, en Espagne et au Costa Rica. (Reportage Kate Chappell à Treasure Beach et Brian Ellsworth à Miami, version française Laetitia Volga, édité par Blandine Hénault)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !