Emmanuel Macron lance une loi de programmation pour les sécurités intérieures

Emmanuel Macron lance une loi de programmation pour les sécurités intérieures
Emmanuel Macron lance une loi de programmation pour les sécurités intérieures
Crédit photo © Reuters

par Blandine Henault

PARIS (Reuters) - Le président Emmanuel Macron a annoncé mardi une loi de programmation pour les sécurités intérieures, dont le but est "de penser la police et la gendarmerie de 2030", dans le cadre d'un vaste plan de modernisation des forces de l'ordre.

Lors d'un discours à l'Ecole nationale de police de Roubaix (Hauts-de-France) à l'occasion de la présentation des conclusions du Beauvau de la sécurité, le chef de l'Etat a indiqué que ce texte devrait être présenté en conseil des ministres au début de l'année prochaine.

La concertation nationale du Beauvau de la sécurité a réuni depuis février syndicats, représentants des forces de l'ordre, élus, magistrats ou encore membres de la société civile.

Elle avait été lancée après le passage à tabac du producteur Michel Zecler en novembre à Paris, qui avait poussé Emmanuel Macron à reconnaître des violences de la part des policiers, suscitant la colère des syndicats des forces de l'ordre.

"Ce que les échanges de ce Beauvau ont confirmé (...) c'est que les statistiques ne disent pas tout de la violence latente qui, ces dernières années, s'est emparée de notre société", a déclaré Emmanuel Macron.

"Face à ce retour de la violence, à cette transformation de la violence que nous voyons dans nos sociétés depuis plusieurs années, nous n'avons le droit à aucune complaisance. Nous ne devons céder ni au déni ni à la facilité", a-t-il poursuivi, ajoutant qu'il fallait "savoir prendre des décisions profondes, peut-être radicales".

Le chef de l'Etat a notamment annoncé une réorganisation des procédures de contrôle des forces de l'ordre, avec la création d'une instance de contrôle parlementaire qui pourra procéder à l'évaluation de leurs actions.

"Pour réconforter, bâtir plus avant, ce socle de confiance avec la nation qui est indispensable", a-t-il expliqué.

Les rapports de l'inspection générale de la police nationale (IGPN) et de l'inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) seront désormais rendus publics, a-t-il aussi indiqué.

Emmanuel Macron a par ailleurs évoqué le déploiement d'une caméra-piéton par patrouille de police. "C'est un outil qui dissuade et c'est un outil qui protège tout le monde", a-t-il estimé.

RENFORCEMENT DE LA PRÉSENCE POLICIÈRE

Dans un long discours d'une heure, Emmanuel Macron a aussi annoncé une simplification à venir de la procédure pénale, prévoyant notamment la suppression des rappels à la loi, la création d'amendes forfaitaires pour les occupations illégales de terrains par les gens du voyage ou les occupations de halls d'immeubles et la mise en place d'un système de plaintes en ligne dès 2023.

Le chef de l'Etat a également dit vouloir doubler en dix ans la présence des policiers et gendarmes sur la voie publique et annoncé la création d'une réserve opérationnelle pour la police, qui sera dotée de 30.000 réservistes.

Le budget du ministère de l'Intérieur sera augmenté de 1,5 milliard d'euros en 2022, dont 500 millions d'euros seront consacrés à la mise en oeuvre des premières mesures décidées dans le cadre du Beauvau de la sécurité.

"La sécurité est le devoir, la cause même de notre nation, qui doit faire bloc", a souligné Emmanuel Macron, pour qui les Français attendent "collectivement l'efficacité, la proximité, la réactivité, la responsabilité".

(Blandine Hénault, avec Anait Miridzhanian, édité par Bertrand Boucey et Jean-Michel Bélot)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !