»
»
»
Consultation

EDF et Constellation règlent leur conflit sur le nucléaire

EDF et Constellation règlent leur conflit sur le nucléaire

NEW YORK (Reuters) - L'électricien français EDF et son partenaire américain Constellation Energy Group ont réglé le conflit qui les opposait sur leur projet nucléaire.

Selon l'accord annoncé par les deux entreprises mardi soir, EDF va racheter la participation de 50% détenue par Constellation dans leur coentreprise UniStar pour 140 millions de dollars (101 millions d'euros).

Le groupe français retournera également à Constellation les 3,5 millions de titres qu'il détient dans l'Américain. Il renoncera en outre à son siège au sein du conseil d'administration de Constellation.

En échange, le groupe américain n'exercera pas une option qui aurait pu coûter jusqu'à 2 milliards de dollars à EDF.

L'option détenue par Constellation et qui a envenimé les rapports entre les deux groupes remonte à 2008 et à l'accord passé par EDF pour acheter 49,9% de la division nucléaire de Constellation. Le groupe américain connaissait alors de graves problèmes de liquidités en raison de la crise financière.

Cette option, qui expire à la fin de l'année, lui permettait de vendre à EDF jusqu'à deux milliards de dollars de centrales thermiques, dont la valeur a chuté depuis. Si Constellation exerçait cette option, la compagnie américaine réaliserait une solide plus-value.

EDF, qui jugeait pour sa part que l'amélioration de la situation financière de son partenaire américain rendait l'option caduque, avait menacé de porter le règlement de son litige avec Constellation devant la justice.

Selon leur nouvel accord, EDF sera désormais le seul propriétaire d'UniStar, qui détient les sites de Calvert Cliffs sur lesquels reposent le projet de construction d'un réacteur nucléaire de nouvelle génération.

Constellation va de son côté transférer à UniStar de nouveaux sites qui pourraient potentiellement servir à la construction de centrales nucléaires, à Nine Mile Point et R.E. Ginna dans l'Etat de New York.

Helen Kearney avec Michael Erman, Alexandre Boksenbaum-Granier pour le service français, Nicolas Delame


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com