»
»
»
Consultation

Ecourtant sa présence au G7, Trump réclame de nouvelles règles du jeu commercial

Ecourtant sa présence au G7, Trump réclame de nouvelles règles du jeu commercial

Crédit photo © Reuters

par Roberta Rampton et Jean-Baptiste Vey

LA MALBAIE, Québec (Reuters) - Donald Trump, qui a écourté samedi sa participation au sommet des pays du G7 au Canada, a réclamé de ses pairs une modification des règles du jeu régissant le commerce international qui, a-t-il dit, exploite les Etats-Unis.

"On profite des Etats-Unis depuis des dizaines et des dizaines d'années, cela ne peut pas continuer ainsi", a dit le président américain dans une déclaration devant la presse.

Trump, qui a provoqué la colère de ses partenaires en imposant au début du mois des droits de douane sur les importations américaines d'acier et d'aluminium en provenance du Canada, de l'Union européenne et du Mexique, a ajouté avoir dit aux autres dirigeants que toutes les barrières commerciales pouvaient être éliminées.

Mais le champion de "l'Amérique d'abord" a jugé nécessaire de rééquilibrer d'abord les échanges mondiaux qui sont, a-t-il dit, à l'origine d'une véritable fuite des emplois et des entreprises hors des Etats-Unis. Et il a prévenu que les pays qui prendraient des mesures de rétorsion commettraient une erreur.

Son départ anticipé est une illustration supplémentaire des fractures ouvertes au sein du club des nations industrialisées. Le président américain a expliqué qu'il devait se projeter dans la préparation de son sommet sans précédent avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un mardi à Singapour. Sa "mission de paix", a-t-il dit.

Trump, louant la qualité de ses relations avec ses partenaires, a nié par ailleurs que le sommet de La Malbaie se soit déroulé dans une atmosphère conflictuel.

Un commentaire en complet décalage avec le compte rendu d'une source au sein de la délégation française qui a qualifié d'"extraordinaire" et "inhabituelle" la discussion que les chefs d'Etat ou de gouvernement ont eue vendredi sur la question des droits de douane.

"Le président Donald Trump a repris de manière très vigoureuse les différents griefs qu’il nourrissait à l'égard des autres pays du G7, principalement l’Union européenne et le Canada depuis des semaines. Et donc a commencé une longue litanie de récriminations, de constats un peu amères disant que les Etats-Unis étaient traités injustement, que le système commercial était totalement défavorable aux Etats-Unis, à l’économie américaine, aux travailleurs américains, aux classes moyennes américaines", a rapporté cette source.

"Bref, une longue diatribe très franche qui est sans doute très inhabituelle dans ce genre de formats", a-t-elle ajouté.

UN COMMUNIQUÉ COMMUN MAIS AVEC DES PASSAGES EN G6+1

Le sommet de La Malbaie, sur fond de politique américaine protectionniste et de nouveaux droits de douane, a viré à la confrontation entre les Etats-Unis et les six autres membres du G7 (Allemagne, Canada, France, Grande-Bretagne, Italie et Japon).

Mais contrairement aux informations qui circulaient vendredi, au premier jour du sommet, les dirigeants devraient finalement s'accorder sur une déclaration commune.

Il y aura un communiqué commun, a affirmé Angela Merkel.

Mais la chancelière allemande a précisé que sur certains points - elle a cité le changement climatique -, la déclaration finale acterait le "G6+1", avec d'une part la position des Etats-Unis et de l'autre celle des six autres.

Elle a ajouté qu'une position commune du G7 sur le commerce ne signifierait pas qu'il n'y a pas de divergences entre l'Europe et les Etats-Unis. Le diable se niche dans les détails, a-t-elle fait valoir.

Giuseppe Conte, le nouveau président du Conseil italien qui participait à son premier G7, a déclaré de son côté que les dirigeants du G7 étaient d'accord sur la nécessité d'actualiser le système régissant le commerce international.

Sur le commerce, les négociateurs travaillent sur des formulations qui permettront de reconnaître le système international fondé sur les règles, ce que les Européens exigeaient, et qui ouvrent la voie à une réforme de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), proposée notamment par Emmanuel Macron, ont rapporté deux sources au sein de la délégation française.

Vindicatif avant son arrivée au Québec, Trump, qui s'était prononcé avant son départ de Washington pour une réadmission de la Russie dans un club dont elle est exclue depuis l'annexion de la Crimée en 2014, s'est montré affable parmi ses pairs du G7, souriant et plaisantant lors de ses différentes apparitions en public, devant les objectifs des photographes.

Le président américain, a dit une source française, a participé à tous les échanges en vue de construire un compromis et avait "visiblement envie de contribuer à un accord".

Samedi matin toutefois, il est arrivé en retard à la première séance de travail consacré à l'égalité entre genres. Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, hôte du sommet, a commencé sans lui, s'offrant au passage une remarque ironique sur les "retardataires".

(avec Andreas Rinke et Giselda Vagnoni; Henri-Pierre André pour le service français)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com