»
»
»
Consultation

Drouet sort de garde à vue, parle d'une opération politique

Drouet sort de garde à vue, parle d'une opération politique

PARIS (Reuters) - Eric Drouet, figure des "Gilets jaunes", est sorti jeudi de garde à vue au lendemain de son arrestation à Paris, qu'il a décrite devant la presse comme une opération politique.

Ce chauffeur routier de profession est convoqué devant le tribunal correctionnel de Paris le 15 février pour avoir organisé deux manifestations non déclarées, dont celle qui lui a valu son interpellation mercredi soir, a fait savoir le parquet.

Cette deuxième arrestation, après une première le 22 décembre, a déclenché une vague d'indignation au Rassemblement national (ex-Front national) et à La France insoumise, soutiens du mouvement des "Gilets jaunes".

"C'est complètement politique", a déclaré Eric Drouet à la sortie du commissariat devant des journalistes, notamment d'Europe 1 et de BFM TV. "On cherche à nous mettre des responsabilités sur le dos alors qu'il n'y en a pas du tout."

Eric Drouet a été interpellé mercredi lors d'un rassemblement de quelques dizaines de personnes, près de la place de la Concorde.

Selon sa version, il s'agissait d'une simple "rencontre pour aller au restaurant", l'objectif étant de "rendre hommage aux blessés et aux personnes décédées pendant le mouvement".

"C'est très énervant qu'on ne puisse même pas circuler dans la rue librement", a ajouté Eric Drouet, qui rejette tout rôle de meneur et toute affiliation politique. "On avait tout respecté du début à la fin."

"PUREMENT ET BASSEMENT POLITIQUE"

Son avocat, Khéops Lara, a lui aussi parlé d'une "opération qui est purement et bassement politique et qui n'a rien de juridique", rejoignant en cela l'analyse faite depuis mercredi par les responsables du RN et de LFI.

Interpellé pour la première fois le 22 décembre à Paris, Eric Drouet avait alors été placé sous contrôle judiciaire, avec interdiction de participer à un "groupement", et convoqué le 5 juin devant le tribunal correctionnel, notamment pour "port d'arme prohibé de catégorie D".

"Les investigations conduites tant sur les faits du 22 décembre 2018 que sur ceux du 2 janvier 2019 font apparaître qu’Eric Drouet était l’un des organisateurs des rassemblements", écrit le procureur de Paris, Rémy Heitz, dans un communiqué.

Selon ce même communiqué, le "Gilet jaunes" n'a pas répondu aux "sommations faites par le chef du dispositif d’ordre public".

En plus de ces procédures, Eric Drouet fait l'objet d'une enquête ouverte par le parquet après son appel à "entrer" à l'Elysée.

Ses vidéos publiées sur les réseaux sociaux en ont fait l'un des visages les plus connus des "Gilets jaunes", une notoriété qui s'est encore accrue avec l'éloge publié par Jean-Luc Mélenchon, chef de file de LFI, le 31 décembre sur internet.

(Simon Carraud avec Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com